"You are always on my mind!"

samedi 3 juin 2017

When Santa Claus Gets Your Letter







 
 
Si la chanson de Johnny Marks (chantée, notamment, par Gene Autry - photo) concerne Saint Nicolas (Santa Claus), que l’on fête le 6 décembre, plutôt que notre bon vieux Père Noël, qui est supposé intervenir dans la nuit du 24 au 25 décembre, les racines et le sens de cette légende sont communes, et font de la bonne conduite des enfants non pas un comportement altruiste et désintéressé, mais la condition d’obtention des cadeaux de Noël souhaités. Cela n’est que la déclinaison infantile des religions qui subordonnent l’accès aux paradis quel qu’en soit le nom, et à ses fastes (parfois discutables) au respect de certaines règles de vie et rites (plus ou moins élaborés). Il est, du reste, un peu troublant que l’on propose aux enfants une croyance qui sera nécessairement démentie plus tard (notamment lorsqu’ils seront eux-mêmes parents et sauront qui paie les cadeaux), et qu’on leur demande par la suite d’adhérer à une croyance religieuse. Il est vrai que, dans ce cas, ils ne peuvent accéder à la vérité de leur vivant !
Pour l’heure, continuons à rêver sur ces belles chansons de Noël.
Pour Serge et sa Chorale

Quand Père Noël Lira Ta Lettre

Quand Père Noël lira ta lettre
Il dira, tu le sais
« Est-ce qu’il s’est bien comporté
Chaque jour de l’année ? »

Quand Père Noël lira ta lettre
Pour remplir tes chaussons
Il regardera sur sa liste
De filles et de garçons

Grattant sa barbe, les yeux brillants
Il lira son fichier
Tu sais, ça prend pas mal de temps
Un an à vérifier

Quand Père Noël lira ta lettre
Celle d’un enfant modèle
Tu seras en haut de sa liste
Pour les cadeaux de Noël

(Traduction – Adaptation : Polyphrène)

I’d Do It For Your Love











Cette chanson douce-amère fait l’objet d’un remarquable commentaire sur le blog « Every Single Paul Simon Song ». Elle évoque les « années de galère » que de nombreux jeunes couples ont connu, au début de leur amour, et illustre comment c’est cet amour qui leur a permis de surmonter les misères et difficultés de cette période, vers laquelle ils se tournent plus tard avec une émotion teintée de nostalgie. Qu’a-t-on fait, que ne ferait-on pas par amour ? Les dernières strophes de cette chanson suggèrent cependant la disparition de cet amour, qui aurait ainsi connu ses plus beaux moments dans l’adversité, et ne survivrait pas dans le confort… Il est même possible de trouver aux petits détails des misères d’antan une valeur de symbole, dessinant les prémisses de la séparation, comme si celle-ci était inscrite dès le début dans chacune des péripéties que relate cette chanson : la mariage sans cérémonie, le logement sordide, le tapis qui déteint… Puis la raison qui ne connait plus le cœur, les larmes qui éteignent le bonheur, les extrêmes inconciliables, la fusion impossible…

Puis-je cependant me permettre une petite remarque : les paroles de cette chanson, telles qu’elles figurent sur le site officiel de Paul Simon, présentent une singularité : le titre est « I’d it for your love », qui se traduirait littéralement par « Je le ferais par amour pour toi » ou « pour ton amour ». En revanche, les deux premiers couplets, comme la chanson elle-même, se terminent par « I do it for your love », qui se traduirait par « Je le fais par amour pour toi ». Le présent a remplacé le conditionnel. Est-ce un hasard ? Paul Simon est un auteur d’un tel niveau que je ne peux croire à une erreur, et je vois plutôt là l’une des clefs de l’expression poétique : celle qui ouvre des portes et les laisse ouvertes. A chacun de les emprunter pour entrer et sortir, apportant ses propres idées, ses émotions, ses souvenirs, et ses espoirs.

Pour Michaël, que je remercie d’avoir attiré mon attention sur cette chanson.





Je Le Ferais Pour Ton Amour



Nous nous sommes mariés un jour de pluie

Le ciel était jaune

Et le gazon gris

Nous avons signé

Et nous sommes partis

Je l’fais pour ton amour



Chambre moisie et

Plomberie posthume

Nous avons partagé un rhume

Tout l’hiver, nous gavant

De jus d’agrumes

Je l’fais pour ton amour



Ce tapis

Du marché au puces

Ses couleurs ont dit adieu

En chemin quand j’te l’ram’nais

L’orange a saigné le bleu



La raison qui blesse

Les larmes qui giclent

Du nord et du sud, les deux

Hémisphères



L’amour émerge

Et il disparaît

Je l’fais pour ton amour

Je l’fais pour ton amour



(Traduction – Adaptation : Polyphrène)