"You are always on my mind!"

dimanche 25 mai 2014

Old Coat










Depuis que, conduit par Josué, le peuple d’Israël, amené par Moïse, jusqu’à ses rives, franchit le Jourdain pour accéder au pays de Canaan, ce fleuve tient une place centrale dans l’histoire et représente un symbole majeur. Aujourd’hui encore, son rôle politique et stratégique est considérable.
La magnifique chanson de Peter Paul and Mary (écrite par Elena Mezzetti, Noel Paul Stookey, et Mary Allin Travers) évoque le triste de sort de ceux qui, symboliquement, ont été oubliés « de ce côté » du fleuve de la vie et n’ont pu accéder à la terre promise. Au delà d’une lecture géopolitique (les rives du Jourdain voient encore tant de misère et de désespoir), le symbole s’adresse à tous ceux qui, aujourd’hui, sont les « laissés pour compte » du développement, à une époque où les inégalités s’accroissent inexorablement, faisant redouter une véritable implosion sociale.
La délicate mélodie de cette chanson, lente comme une procession, souligne le courage résigné et la dignité de tous ceux dont la vie est une longue épreuve.
Une chanson qui aurait pu être écrite il y a plus de trois mille ans, et dont le message sera encore actuel dans de nombreux siècles…
ALN
  


Vieux Manteau

Pose ton vieux manteau et retrousse tes manches
La vie n’est pas une promenade, que je sache

Je regarde à l’Est, je regarde à l’Ouest
La jeunesse espère tant de son destin
Mais le dieu de la chance, dans la brume épaisse
M’a oublié de ce côté du Jourdain

Pose ton vieux manteau et retrousse tes manches
La vie n’est pas une promenade, que je sache

Cuiller d’or pour certains, d’argent pour quelques uns
Mais contester l’ordre établi est vain
Bien qu’ils sourient et disent : « Frères, tendons-nous la main »
Ce n’est pas vrai sur cette rive du Jourdain

Pose ton vieux manteau et retrousse tes manches
La vie n’est pas une promenade, que je sache

Comme une chouette clouée, les ailes déployées
Sur la porte d’une grange ou d’un jardin
Par certains pour la vie je suis ainsi marqué
Mais n’ai blessé personne sur cette rive du Jourdain

Pose ton vieux manteau et retrousse tes manches
La vie n’est pas une promenade, que je sache

Traduction – Adaptation : Polyphrène


jeudi 1 mai 2014

Feelings










Etonnant périple que celui de cette chanson : « Feelings » fut enregistrée en 1974 par Morris Albert, plagiant* "Pour Toi", la mélodie de Louis (« Loulou ») Gasté, préalablement chantée, avec des paroles d’Albert Simonin et Marie-Hélène Bourquin, par Dario Moreno sur la bande originale du film d’Henri Decoin « Le Feu aux Poudres », en 1957 (voir les paroles en bas de billet). « Feelings » connut à l’époque un grand succès, et l’on en recense environ 1200 versions, chantées notamment par Ella Fitzgerald, Nina Simone, Petula Clark, Sarah Vaughan, Julio Iglesias, et Johnny Mathis. Elle fut ensuite chantée, sous le titre de "Dis-lui", dans une nouvelle version française (paroles de Michel Jourdan, en fin de billet) par Mike Brant. Les paroles de la version anglaise sont aujourd’hui très souvent parodiées et tournées en dérision pour leur caractère insipide**. Il est vrai que les paroles de la première et de la dernière version française ont un peu plus de sens, mais on peut reconnaître à Morris Albert une belle performance vocale.
ALN

* Le plagiat fut reconnu à l’issue d’un procès, en 1988
** Ma traduction n’était donc pas indispensable, mais, comme toujours, je n’ai découvert l’histoire de cette chanson, et ses versions françaises, qu’après l’avoir rédigée. Je la présente donc comme un simple élément d’information…



Sentiments

Sentiments,
Ce n’ sont que des sentiments
J’essaie d’oublier mes
Sentiments d’amour

Des larmes
Coulent sur mon visage
J’essaie d’oublier mes
Sentiments d’amour

Sentiments
Toute ma vie je sentirai
Je regrette de t’avoir connue
Surtout, ne reviens plus

Sentiments
Oh oh oh oh, Sentiments
Oh oh oh oh, me sentir
Dans tes bras reçu

Sentiments
Que je ne t’ai pas perdue
Et sentiments
Que je ne t’aurai plus
Au fond de mon cœur

Sentiments
Toute ma vie je sentirai
Je regrette de t’avoir connue
Surtout, ne reviens plus

Sentiments
Que je ne t’ai pas perdue
Et sentiments
Que je ne t’aurai plus
Jamais dans ma vie

Sentiments
Oh oh oh oh, me sentir
Dans tes bras reçu
Sentiments

(Traduction – Adaptation : Polyphrène)



Pour Toi (Version originale, chantée par Dario Moréno)

Pour toi
J'ai quitté ceux que j'aimais,
J'ai perdu ceux qui m'aimaient
Ce soir je n'ai que toi

Sans toi
Le jour ressemble à la nuit
La vie ressemble à la mort
Ce soir, écoute-moi

Tes yeux
Brillent comme le feu,
Ta bouche
En a pris la couleur,
Ton corps
En a gardé la chaleur

Dis-moi
Que je peux venir vers toi
Que la vie sera pour nous
Un amour toujours plus fou

Tes yeux
Brillent comme le feu,
Ta bouche
En a pris la couleur,
Ton corps
En a gardé la chaleur

Dis-moi
Que je peux venir vers toi
Que la vie sera pour nous
Un amour toujours plus fou



Dis-Lui (Version chantée par Mike Brant)

Dis-lui,
Fais ça pour moi,
Dis-lui
Que le jour sans elle
Me semble moins long

Dis-lui,
Quitte à mentir,
Dis-lui
Que je réalise
Qu'elle avait raison

Dis-lui,
Qu'à nouveau j'aime vivre
Que je ne suis plus seul déjà
Qu'elle n' est plus rien pour moi

Dis-lui oh oh oh
Dis-lui oh oh oh
Dis-lui...
N'importe quoi

Dis-lui,
Fais ça pour moi,
Dis-lui
Que j'ai bien fini, oui
D'être malheureux

Dis-lui,
Que j'aime une autre fille
Dis-lui
Tout ce que tu voudras
Mais il faut qu'elle te croie

Dis-lui
Que plus jamais,
Dis-lui
Je ne pense à elle
Quand tu la verras

Dis-lui oh oh oh
Dis-lui oh oh oh
Dis-lui...
N'importe quoi
N'oublie pas
Dis-lui oh oh oh
Dis-lui oh oh oh

Dis-lui
Qu'elle n'est plus rien pour moi
Dis-lui oh oh oh
Dis-lui oh oh oh
Dis-lui...
N'importe quoi
Pour qu'elle te croie
Dis-lui oh oh oh
Dis-lui