"You are always on my mind!"

dimanche 31 août 2014

A Street


Ce poème fait partie des chansons figurant sur l’album de Léonard Cohen à paraître le 22 septembre prochain (2014). Il s’agit d’une sorte d’écho à sa chanson « There Is A War », où Léonard Cohen évoque, sur un ton qui peut paraître décalé, la guerre et l’engagement, avec la conscience que choisir son camp n’est jamais si simple, que tout n’est pas noir ou blanc, et que la pensée dominante (« Le Fantôme de la Culture ») est volatile et changeante. Bien qu’il ait lui-même, en son temps, assumé entièrement son engagement, il sait trop bien que la déchirure qui divise les hommes en deux camps est bien souvent artificielle, manichéenne et futile. Les grandes idées, les idéaux, les belles causes et les grands élans masquent souvent les faux-semblants, les petits intérêts privés, les basses manœuvres et les calculs machiavéliques. Honte, humiliation, vengeance et revanche font le reste, et la guerre ainsi déclenchée dévore les corps et souille les âmes, se nourrissant de leur pourriture et s’entretenant sans faiblir.
Léonard Cohen évoque la guerre de sécession, et la bannière de l’Union, où, comme dans d’autres guerres, la juste cause était claire, mais la victoire au goût amer n’est souvent qu’une conclusion, pas une solution.
ALN

Une Rue 

J’étais bien ton meilleur copain
Pour boire et pour rire
Puis la chance, notre seul bien
Cessa de nous sourire
Pour la guerre civile, tu pris
L’uniforme, et partis
Tu semblais si bien que j’oublie
Le parti que tu pris

Ce fut dur, pour ma part,
Le jour où tu es parti(e)
Mais je garde cette petite histoire
Pour un autre jour de pluie
Je sais ton fardeau pesant
A porter la nuit durant
Certains disent que c’est du vent
C’ n’est pas léger pour autant

Tu m’as laissé la vaisselle
Et un bébé dans son bain
Et tu es très proche des rebelles
Leur treillis te va bien
Tu nous dis quites mais je veux
Que nous défilions tous deux
En épilogue au bon vieux
Drapeau rouge, blanc, et bleu

Entre amis de fumoir
Ne joue pas l’indifférence
Oublie cette vieille histoire
De trahison et vengeance
Je vois l’Esprit de Culture
Des nombres à son poignet
Saluer une nouvelle lecture
Qui nous a tous échappé

Je t’ai pleuré ce matin
Et je pleurerai souvent
Mais je n’ commande pas le chagrin
Alors ne demande pas quand
Qu’il y ait du champagne et
Des roses et du bon vin
Nous ne serons plus, plus jamais
Jamais saouls à ce point

La fête est finie
Je suis r’tombé sur mes pieds
Je me tiendrai dans ce coin-ci
Qui était la rue l’an dernier

(Traduction - Adaptation : Polyphrène)




Texte et traduction du poème antérieurement publié :














Where there used to be a street


Une Rue

J’étais bien ton meilleur copain
Pour boire et pour rire
Puis la chance, notre seul bien
Cessa de nous sourire

Pour la guerre civile, tu pris
L’uniforme, et partis
J’aurais suivi mais on honnit
Le parti que j’ai pris

Buvons à quand ça finira
Quand on se retrouvera
Je me tiendrai dans ce coin, là
Où était la rue, autrefois

Tu m’as laissé la vaisselle
Et un bébé dans son bain
Et tu es très proche des rebelles
Leur treillis te va bien

Nous en sommes quittes mais je veux
Que nous défilions tous deux
En épilogue au bon vieux
Drapeau rouge, blanc, et bleu

Buvons à quand ça finira
Quand on se retrouvera
Je me tiendrai dans ce coin, là
Où était la rue, autrefois

Je t’ai pleuré ce matin
Et je pleurerai souvent
Mais je n’ commande pas le chagrin
Alors ne demande pas quand

Je sais ton fardeau pesant
A porter la nuit durant
Certains disent que c’est du vent
C’ n’est pas léger pour autant

Buvons à quand ça finira
Quand on se retrouvera
Je me tiendrai dans ce coin, là
Où était la rue, autrefois

Septembre sera là bientôt
Pour des années sans nombre
Les cœurs battront au tempo
De ce rigoureux septembre

Je vois l’Esprit de Culture
Des nombres à son poignet
Saluer une nouvelle lecture
Qui nous a tous échappé

Buvons à quand ça finira
Quand on se retrouvera
Je me tiendrai dans ce coin, là
Où était la rue, autrefois



(Traduction – Adaptation : Polyphrène)

Be For Real











 
Voici une autre des quelques chansons empruntées par Léonard Cohen à d’autres artistes, et auxquelles il donne, par le timbre de sa voix et l’intensité de l’émotion qu’il suscite, une nouvelle dimension. Ces chansons s’intègrent si bien au répertoire de Léonard Cohen, sont si parfaitement en accord avec sa perception, et en harmonie avec sa forme poétique, qu’on pourrait les croire de sa plume.
« Be For Real », de Frederick Knight, exprime bien, en effet, sa quête de vérité et de sincérité, son acceptation des grandeurs et des faiblesses, sa générosité et sa vulnérabilité.
L’amour peut faire souffrir autant qu’il rend heureux (souvenez-vous des allitérations sublimes de Georges Moustaki dans « Le Métèque » : « … avec mon cœur qui a su faire souffrir autant qu’il a souffert… ».
Léonard Cohen avoue ici, en toute humilité, avec les mots de Frederick Knight, qu’il a souffert des blessures de l’amour, mais qu’il poursuit sa quête…
ALN



Sois Pour de Vrai

Reviens-tu dans ma vie toujours
Où simplement pour un jour ?
Tu as besoin de moi, non ?
Mais si tu cherches un frisson
Chérie, je suis flexible, Oh oui

Sois pour de vrai, veux-tu, chérie
Pour de vrai, Oh, chérie
Tu vois, je, je ne veux plus être blessé par l’amour

Je n’ suis pas naïf, tu vois
J’aimerais dire que je crois
Ce que tu dis là
Ne me promets pas aujourd’hui
Ce que, dès demain, tu renies
Ne me fais pas ça, chérie

Sois pour de vrai, veux-tu, chérie
Pour de vrai, Oh, chérie

J’ai souffert si souvent
Tu vois, je, je ne veux plus être blessé par l’amour

Fi donc des vérités prétendues
Je veux la vérité nue, Oh oui

Sois pour de vrai, veux-tu, chérie
Pour de vrai, Oh, chérie

Non, non, non, non
Ce n’est que je, je ne veux plus être blessé par l’amour

Merci pour la chanson, Mr Knight


(Traduction – Adaptation : Polyphrène)