"You are always on my mind!"

samedi 26 juin 2010

If It Be Your Will

If it be your will
That I speak no more
And my voice be still
As it was before
I will speak no more
I shall abide until
I am spoken for
If it be your will

If it be your will
That a voice be true
From this broken hill
I will sing to you
From this broken hill
All your praises they shall ring
If it be your will
To let me sing
From this broken hill
All your praises they shall ring
If it be your will
To let me sing

If it be your will
If there is a choice
Let the rivers fill
Let the hills rejoice
Let your mercy spill
On all these burning hearts in hell
If it be your will
To make us well

And draw us near
And bind us tight
All your children here
In their rags of light
In our rags of light
All dressed to kill
And end this night
If it be your will

If it be your will.
http://www.leonardcohensite.com/songs/will.htm

Plus une prière qu’une chanson, selon son auteur, ce texte de Léonard Cohen n’exprime pas que la résignation («  Que ta volonté soit faite »)  mais aussi la requête de ceux qui, « du fond de cette vallée de larmes » gardent l’espoir d’une forme de rédemption qui pourrait donner un sens à leur misère présente et un futur à leurs aspirations vers un bonheur dont ils ne peuvent apercevoir que « des lambeaux de lumière ».
Sa traduction m’a laissé en échec, car (probablement à tort) j'ai hésité à traduire « If it be your will » tout simplement par « Si c’est ta volonté », car il me semblait, précisément, que ce texte n’évoquait pas que la résignation, et qu’il comportait, comme toute prière, une supplique.
Mon agnosticisme fondamental a peut-être été un handicap. J’ai souvent, en « m’attaquant » à des textes comme celui-ci (et particulièrement aux textes de Léonard Cohen ») l’impression de n’être pas seulement un traître (" Traduttore, Traditore") . La traduction (a fortiori si elle veut respecter rime et métrique) impose un choix, et peut conduire à rendre explicite ce qui était implicite en l’amputant des sens cachés, des connotations subtiles, des évocations et des suggestions.
Puissent les lecteurs (et l’auteur) me pardonner ce que me pousse à faire la passion… de la chanson.


Si C'est Ta Volonté

Que ta volonté soit
Que je ne parle pas
Que se taise ma voix
Tout comme autrefois
Je me tiendrai coi
Et resterai jusqu’à
Ce qu’on parle pour moi
Que ta volonté soit

Si c'est ta volonté
Qu’une voix soit vraie
De ce mont brisé
Je te chanterai
De ce mont brisé
Tes louanges vont résonner
Si c'est ta volonté
Je te chanterai
De ce mont brisé
Tes louanges vont résonner
Si c'est ta volonté
Je te chanterai

Que ta volonté soit
S’il y a un choix
Que les rives verdoient
Les monts soient en joie
Que ta pitié soit
Sur ces cœurs que l’enfer brûla
Que ta volonté soit
Notre bien en toi

Rapproche-nous de toi
Et nos liens resserre
Tous tes enfants, là
En haillons de lumière
Nos haillons de lumière
Habillés pour tuer
Fais-nous voir clair
Si c'est ta volonté

Si c'est ta volonté



(Traduction - Adaptation : Polyphrène)
Avec la contribution de "Beldom"

dimanche 20 juin 2010

Un an !

Pas de traduction de Polyphrène, aujourd’hui : dans son esprit, inondé par la tristesse, les mots, les idées, les mélodies se bousculent et s’entremêlent, de ces chansons qui racontent son histoire :

You are always on my mindI lost my hard headed womanI am looking for someone with a shoulder to cry onher eyes crying in the rainI knew we’d never meet againI am on this sea of tears  - I miss those arms that held meI still have not learnt how to listen to a sound like the sun going down - And I'd trade all my tomorrows for one single yesterdayI look for her in everyone - Who in the sunshine, who in the night time - When evening falls so hard - Because you were mine, I walk the line - If I could have the time again - Then why do I feel alone? - And that leaving's going to get me down - For you are beautiful, and I have loved you dearly, more dearly than the spoken word can tell - And it’s deeper than sorrow, this darkness she’s left in my heart - For I knew everything I touched would wither and would die, and Love is all that will remain and grow from all these seeds - Memories are made of this - I don't like it but I guess things happen that way - You look so cold tonight, your lips feel like winter, your skin has turned to white - If I never loved I never would have cried - I can’t believe my heart when it implies that you are not there - But if you want, I'll try to love again - Oh, I believe in yesterday - We'll meet again, don't know where, don't know when - Yesterday is dead and gone and tomorrow is out of sight - Something has been broken and it feels permanent - I've been running through these promises to you that I made and I could not keep - And I'll meet you further on up the road - The end of my hopes, the end of all my dreams - All the useless things my hands have done - But I feel so close to everything that we lost - From bitter searching of the heart - After changes upon changes, we are more or less the same

samedi 19 juin 2010

Sympathy

Sympathy

And when you climb
Into your bed tonight
And when you lock
And bolt the door
Just think of those
Out in the cold and dark
'Cause there's not enough love to go round

[Chorus:]
And sympathy
Is what we need my friend
And sympathy
Is what we need
And sympathy
Is what we need my friend
'Cause there's not enough love to go round
No, there's not enough love to go round
[...]



Autre petite chansonnette qui a connu son heure de gloire à la fin des années soixante, « Sympathy » est le titre le plus connu du groupe « Rare Bird ». Les ingrédients sont simples, mais le résultat est une mélodie qui s’est insinuée dans toutes les têtes, que tous ont fredonnée à l’époque, et qu’ils entendent parfois, aujourd’hui, avec un peu de nostalgie à l’évocation des souvenirs du temps où ils croyaient encore que tout était possible.


Sympathie

Quand, pour la nuit,
Tu grimp’ras dans ton lit
Porte fermée,
Et verrouillée,
Pense à ceux qui
Ont froid car sans abri
Car on manque tant d’amour dans le monde

(Refrain)
La sympathie
C’est bien ce qu’il nous faut
La sympathie
C’est c’ qu’il nous faut
La sympathie
C’est bien ce qu’il nous faut
Car on manque tant d’amour dans le monde
Oui, on manque tant d’amour dans le monde

Car les uns ont
La haine de l’autre
Et les uns sont
Pleins comme des outres
Et les uns vont
Laisser crever les autres
Car on manque tant d’amour dans le monde

(Répéter le refrain)


(Traduction - Adaptation : Polyphrène)

dimanche 13 juin 2010

Dance Me to the End of Love

Dance Me to the End of Love

Dance me to your beauty with a burning violin
Dance me through the panic 'til I'm gathered safely in
Lift me like an olive branch and be my homeward dove
Dance me to the end of love
Dance me to the end of love

Oh let me see your beauty when the witnesses are gone
Let me feel you moving like they do in Babylon
Show me slowly what I only know the limits of
Dance me to the end of love
Dance me to the end of love
[...]




Voici l'une des chansons les plus connues de Léonard Cohen, et parmi les plus caractéristiques, avec une mélodie insistante et des paroles auxquelles chacun peut donner le sens qu'il perçoit, mais sur lesquelles l'auteur s'est lui-même un peu expliqué, en évoquant les prisonniers que l'on forçait à jouer de la musique classique, dans certains camps d'extermination nazis, pendant le massacre de leurs camarades. Léonard Cohen souligne que toute passion, de la plus grande et la plus noble à la plus abjecte, consume son objet.
Graeme Allwright en a rédigé et chanté une très belle adaptation, de sorte que j'ai longtemps laissé de côté cette chanson avant de céder à la tentation de m'essayer à la traduire à mon idée, de façon indépendante.
Merci de bien vouloir pardonner ce qui pourrait paraître présomptueux, mais n'est inspiré, en fait, que par ma propre passion pour cette chanson (en espérant n'avoir pas tout consumé ainsi).


Danse-moi vers la fin de l’amour

Danse-moi vers ta beauté avec un violon brûlant
Danse-moi dans la panique vers un refuge rassurant
Prends-moi pour branche d’olivier, ma colombe du retour
Danse-moi vers la fin d’ l’amour
Danse-moi vers la fin d’ l’amour

Oh, laisse-moi voir ta beauté quand il n’y a plus personne
Et te sentir bouger comme on fait à Babylone
Révèle-moi ce dont je ne connais que les contours
Danse-moi vers la fin d’ l’amour
Danse-moi vers la fin d’ l’amour

Danse-moi jusqu’au mariage, danse-moi constamment
Danse-moi avec ta tendresse, et danse-moi pour longtemps
Nous sommes tous deux sous notre amour, et dessus tour à tour
Danse-moi vers la fin d’ l’amour
Danse-moi vers la fin d’ l’amour

Danse-moi vers les enfants qui demandent à être nés
Danse-moi par les rideaux que nos baisers ont ruinés
Dresse-moi un abri de toile aux fils tous sectionnés
Danse-moi vers la fin d’ l’amour

Danse-moi vers ta beauté avec un violon brûlant
Danse-moi dans la panique vers un refuge rassurant
Touche-moi à main nue ou bien touche moi avec ton gant
Danse-moi vers la fin d’ l’amour
Danse-moi vers la fin d’ l’amour
Danse-moi vers la fin d’ l’amour

(Traduction - Adaptation : Polyphrène)

vendredi 11 juin 2010

Runaway

Runaway

As I walk along, I wonder
What went wrong with our love,
A love that was so strong.
And as I still walk on, I think
Of the things we've done together,
A-while our hearts were young.
[...]
And I wonder--
I wah-wah-wah-wah-wonder,
Why,
Why, why, why, why, why she ran away,
Yes, and I wonder,
A-where she will stay-ay,
My little runaway,
Run, run, run, run, runaway.




Cette sympathique chansonnette de Max Crook et Del Shannon, en 1961 a fait l'objet d'une adaptation française par Patrick Loiseau, chantée en 1974 par Dave sous le titre de "Vanina".
Comme c'est très souvent le cas, l'adaptation française s'éloigne assez largement (suffisamment, tout au moins, pour que je m'estime fondé à tenter ma propre traduction) de la version originale, tout en restant sur la même thématique du départ et de la séparation.
La version de Dave est restée très populaire, et réellement remarquable par sa performance vocale, puisqu'il remplace la partie instrumentale par une véritable vocalise, chantant "Vanina" sur les tons les plus aigus. Beaucoup l'ont imité depuis, aucun ne l'a égalé !
J'ose à peine présenter ici ma traduction, car je dois bien reconnaître que les "loin, loin, loin... loin de moi" de Dave ont plus d'allure que mes futiles "fu - fu - fu" ! Néanmoins je reste fidèle à mon principe de traduction aussi littérale que possible, quoi qu'il m'en coûte...


Fugitive

Je ne comprends pas ton absence
Pourquoi notre amour est mort
Qui paraissait si fort
Et, tout en marchant, je repense
A ce qu’on a fait tous deux
Quand nos cœurs n’étaient pas vieux

Tandis que j’erre sous la pluie
Je pleure et la douleur me poursuit
Et j’implore ta présence
Pour que cesse ma souffrance
Mais pourquoi fuit-elle ?
Fuit – fuit – fuit – fuit-elle à la dérive ?
Et où
Où – où – où – où – où se cache-t-elle ?
Sur quelle autre rive ?
Ma petite fugitive
Fu – fu – fu – fu – fugitive.

Tandis que j’erre sous la pluie
Je pleure et la douleur me poursuit
Et j’implore ta présence
Pour que cesse ma souffrance
Mais pourquoi fuit-elle ?
Fuit – fuit – fuit – fuit-elle à la dérive ?
Et où
Où – où – où – où – où se cache-t-elle ?
Sur quelle autre rive ?
Ma petite fugitive
Fu – fu – fu – fu – fugitive.
Fu – fu – fu – fu – fugitive.
Fu – fu – fu – fu – fugitive.
Fu – fu – fu – fu – fugitive.


(Traduction - Adaptation : Polyphrène)

dimanche 6 juin 2010

Take This Longing

Take This Longing 

Many men have loved the bells 
You fastened to the rein, 
And everyone who wanted you 
They found what they will always want again. 
Your beauty lost to you yourself 
Just as it was lost to them. 


Oh take this longing from my tongue, 
Whatever useless things these hands have done. 
Let me see your beauty broken down 
Like you would do for one you love. 
[...]




Une supplique à la fois humble et résignée, mais portée par un désir intense, presque une pulsion. Malgré des formules hermétiques, et des métaphores mystérieuses ou surprenantes, Léonard Cohen (LC) exprime sur le ton insistant à l'érotisme à peine voilé la requête d'un ancien amant qui ne prétend plus au bonheur mais ne renonce pas au plaisir et lance même un défi : "laisse moi essayer, tu verras !" (c'est du moins ainsi que je comprends cette chanson, mais seul LC sait !)


Prends ce désir

Tant d’hommes aimèrent les clochettes
Qu’à leur collier tu mets
Ceux à qui tu as tourné la tête
Ont trouvé ce qu’ils voudront à jamais
Ta beauté qui t’a échappé
Comme ils n’ont pu l’agripper

Prends ce désir de ma langue, et
Quelque soit ce qu’en vain ces mains aient fait
Fais-moi voir ta beauté fracassée
Comme pour quelqu’un que tu aimerais

Comme un projecteur, ton corps
Révèle ma pauvreté
Je voudrais tester ta charité
Pour que tu cries « Tente mon avidité »
Et tout dépendra si assez
Proche de moi tu dors

Prends ce désir de ma langue, et
Quelque soit ce qu’en solitude mes mains aient fait
Fais-moi voir ta beauté fracassée
Comme pour quelqu’un que tu aimerais

Comme une arche en famine
Que les troupes ont franchi
Je suis derrière toi en ruines
Avec tes vêtements chauds, tes sandales avachies
J’aime te voir nue, et ton dos me fascine
Quand sa courbe s’infléchit

Prends ce désir de ma langue, et
Quelque soit ce qu’en vain ces mains aient fait
Défais pour moi ta robe bleue louée
Comme pour quelqu’un que tu aimerais

Tu es fidèle au meilleur, et
Il est parti, alors
Ton affaire de cœur, je jugerai
Dans cette chambre où j’ai condamné la mienne à mort
Ces vieux lauriers qu’il a secoués
De son front, je les arbore

Prends juste ce désir de ma langue, et
Quelque soit ce qu’en solitude mes mains aient fait
Fais-moi voir ta beauté fracassée
Comme pour quelqu’un que tu aimerais

Comme pour quelqu’un que tu aimerais

(Traduction - Adaptation : Polyphrène)


N.B. J'avoue m'être un peu "perdu" dans les rimes de cette chanson, et j'en ai probablement mis où l'auteur n'en avait pas placé ce qui, malheureusement, ne rend pas pour autant meilleure ma traduction laborieuse.

samedi 5 juin 2010

California Dreamin’

California Dreamin’

All the leaves are brown
And the sky is grey
I've been for a walk
On a winter's day
I'd be safe and warm
If I was in L.A.*

California dreaming
On such a winter's day
[...]




Cette chanson de John Phillips et Michelle Gilliam (du groupe éphémère "The Mamas & The Papas"), évoque la nostalgie de la mer et du soleil que l'on peut ressentir en hiver dans une ville continentale. Elle reçut un accueil enthousiaste et fit rapidement le tour de la planète, probablement parce que sa mélodie très enlevée inspire un optimisme fondamental valorisant la nostalgie sous-jacente.
Les reprises furent très nombreuses, mais l'adaptation qu'en fit Pierre Delanoë pour Richard Anthony est un exemple presque caricatural des différences entre version anglaise et version française que j'ai déjà évoquées ici et là dans ce blog.
En effet, "La Terre Promise", chantée par Richard Anthony, n'a strictement plus rien à voir avec le rêve Californien, puisqu'elle évoque l'exode et le retour vers Israël à l'issue de l'holocauste, de sorte que certains la considèrent comme la chanson sioniste par excellence...
Aujourd'hui, la situation dans cette partie de la planète donne plus envie de pleurer que de chanter !

Rêve de Californie
 
Les feuilles sont tombées
Le ciel est couvert
M’allant promener
Par un jour d’hiver
Ce s’rait plus douillet
A L.A.* sur mer

Californie, l’été :
Le rêve d’un jour d’hiver !

Dans une chapelle austère
Dont l’ porche était ouvert
J’ai mis les genoux à terre,
Fait mine d’être en prière.
Le curé aime qu’un froid polaire
Emplisse son sanctuaire

Les feuilles sont tombées
Le ciel est couvert
M’allant promener
Par un jour d’hiver
Si j’avais su me taire,
Je verrais la mer.


(Traduction - Adaptation : Polyphrène)

* L.A. : Los Angeles, évidemment !