"You are always on my mind!"

vendredi 19 juillet 2013

When I’m Gone













Vivre ses rêves, mais ne pas vivre dans ses rêves : voilà le message de Phil Ochs, « chanteur engagé » des années 60, militant de toutes les grandes causes de l’époque, s’opposant à la guerre du Vietnam, mais mort lui-même à 35 ans, par suicide, sans avoir, tant s’en faut, réalisé tous ses rêves. Il évoque dans cette chanson ce que nous devrions faire ou dire quand il est encore temps, pour donner un sens et une utilité à notre vie. Des petits plaisirs du quotidien, des peines et des souffrances inévitables, et du simple fait de les surmonter ensemble, nous pouvons construire un bonheur partagé. Dès lors que c’est la mort qui fixe le prix de la vie, tout ce que nous pouvons endurer, tous les combats que nous pouvons mener, et tout l’amour que nous pouvons donner, rehaussent le bonheur de vivre. Il faut, pour affronter la mort, conclut-il, pouvoir être fier de sa vie.


Une Fois Mort

Null’ part au monde ne sera ma maison,
Une fois mort
N’saurai plus qui a tort ou raison
Une fois mort
Vous n’ m’entendrez plus chanter cette chanson
Une fois mort
Alors, autant faire tout ça quand je suis là

Je ne sentirai plus passer le temps
Une fois mort
L’amour me laissera indifférent
Une fois mort
Plus de pieds ni rimes à mes vers blancs
Une fois mort
Alors, autant faire tout ça quand je suis là

Ne respirerai  plus l’air des cités
Une fois mort
Ne me tracasserai plus pour ma santé
Une fois mort
Ne ferai plus rien pour la société
Une fois mort
Alors, autant faire tout ça quand je suis là

De la pluie plus besoin de m’abriter
Une fois mort
De douleur plus jamais ne souffrirai
Une fois mort
Ne saurai plus qui blâmer ou flatter
Une fois mort
Alors, autant faire tout ça quand je suis là

Matin se soir se confondront
Une fois mort
Du soleil je ne verrai plus les rayons
Une fois mort
Ne chant’rai pas plus fort que les canons
Une fois mort
Alors, autant faire tout ça quand je suis là

Mes jours ne passerai plus en dansant
Une fois mort
Ne verrai plus le sablier du temps
Une fois mort
Ne joindai plus les combattants
Une fois mort
Alors, autant faire tout ça quand je suis là

Les mensonges ne me feront plus rire
Une fois mort
Et je n’aurai plus un seul mot à dire
Une fois mort
Plus assez fier pour mourir
Une fois mort
Alors, autant faire tout ça quand je suis là

(Traduction – Adaptation : Polyphrène)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous avez la parole :