"You are always on my mind!"

dimanche 14 juillet 2013

Girl










C’est sur le thème de l’antinomie supposée entre passion et raison qu’épiloguent ici John Lennon et Paul McCartney (The Beatles), en généralisant leur observation à l’ensemble du genre féminin : le mâle amoureux devient l’esclave de la femme capricieuse et insensible, et sa passion aveugle en fait une proie facile, à l’instar du mâle de la mante religieuse (mantis religiosa) que celle-ci dévore après, voire pendant l’accouplement. Certains anthropomorphistes voient là un comportement altruiste au point du sacrifice ultime, tandis que les entomologistes considèrent cette éventualité comme la simple illustration de la voracité de cette espèce. Quoi qu’il en soit, les hommes aiment à se présenter comme les victimes consentantes de femmes aussi belles qu’écervelées : ce n’est qu’une forme comme un autre de sexisme, mais c’est aussi la source d’inspiration de nombreuses chansons.



Fille

Quelqu’un voudra-t-il bien écouter comment
Cette fille débarqua dans ma vie ?
Car c’est le genre de fille que tu veux tant
Que ça te meurtrit
Sous le regretter un seul instant
Ah, fille
Fille

Quand je pense à toutes les fois où j’ai voulu la quitter
Qu’elle s’est mise à pleurer, alors, moi
Je la croyais quand, la terre entière, elle me promettait
Mais je me demande encore pourquoi
Ah, fille
Fille

C’est le genre de fille qui te rabaisse
Devant tes amis, tu perds la face
Tu lui fais un compliment
Elle fait comme si c’est évident
(Ça) m’agace, garce, garce, garce
Fille
Fille

Lui a-t-on appris que de la souffrance naît le plaisir ?
Qu’un homme doit se briser les reins pour un jour de loisir ?
Le croira-t-elle encore s’il en meurt ?
Ah, fille
Fille
Fille

Ah, fille
Fille
Fille

(Traduction – Adaptation : Polyphrène)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous avez la parole :