"You are always on my mind!"

samedi 12 mars 2011

Greensleeves

Alas, my love, you do me wrong











La légende veut que cette célébrissime chanson ait été écrite par le roi Henri VIII faisant la cour ( !) à Anne Boleyn, aux alentours de 1530. En réalité, cette chanson serait plus récente, avec une composition mélodique d’influence italienne qui n’atteint l’Angleterre qu’après la mort de ce roi. Les premières traces écrites du texte datent des années 1580, et la mélodie est répertoriée à partir de 1652. En France, la mélodie est universellement connue, mais avec des paroles religieuses qui n’ont rien à voir avec le texte original, sur lequel les experts se perdent en conjectures. L’hypothèse Henri VIII/Anne Boleyn ne résistant pas à l’expertise historique, certains y voient une chanson galante pouvant s’adresser à une femme « aux mœurs légères » comme le suggérerait la couleur verte, tandis que d’autres en font une chanson d’amour courtois à une femme distante et respectable.
Quoi qu’il en soit, cette chanson me paraissait mériter une traduction, et c’est ce que j’ai tenté de faire à partir de l’une des nombreuses versions disponibles. Cependant, c’est surtout la chanson de Léonard Cohen « Leaving Greensleeves » qui a attiré mon attention sur la source de son inspiration et m’en a fait découvrir l’histoire. De fait, Léonard Cohen ajoute le mystère au mystère, pour notre plus grand plaisir.
Il est amusant de noter que "Greensleeves", chanson profane, a fait jadis l'objet d'une récupération religieuse sans vergogne, tout comme, plus récemment, "Hallelujah", chanson on ne peut plus profane de Léonard Cohen, a été travestie et exploitée dans une version religieuse que je préfère ne pas citer... Les "marchands du temple" se sont jamais bien loin !


Manches-Vertes

Hélas, amour, me faites tort
En m’écartant avec violence
Car je vous ai aimé si fort
Ebaudi par votre présence

Manches-Vertes était ma joie
Manches-Vertes était mon régal
Manches-Vertes était mon cœur d’or
Et qui d’autre que ma Dame Manche-Vertes

Vos vœux et mon cœur fites choir
Pourquoi suis-je par vous fasciné
Maintenant, un monde nous sépare
Pourtant mon cœur reste emprisonné

Je restais prêt à satisfaire
Le plus petit de vos désirs
Vous offrais ma vie et mes terres
Pour votre amour, et un sourire

Si vous me montrez du mépris
Mon désir est exacerbé
Car je demeure, même ainsi
Votre amant en captivité

Mes hommes, tout de vert vêtus
Veillaient sur vous à tout instant
N’était-ce pas charmante vue
Vous ne m’aimiez point, pourtant

Tout ce que vous pouviez souhaiter
Ici bas, l’aviez sur le champ
On jouait musique et chantait
Vous ne m’aimiez point pourtant

Mais je prie Dieu dans les cieux pour
Que, par ma constance, charmée,
Avant le dernier de mes jours
Vous daigniez enfin m’aimer

Manches-Vertes, au revoir, adieu
Je prie Dieu qu’il comble vos jours
Car je suis toujours amoureux
Ramenez-moi votre amour

(Traduction – Adaptation : Polyphrène)

1 commentaire:

  1. Excellent ! Je découvre cela aujourd'hui. Cette chanson aurait-elle quelque chose de magique ? Elle vibre à 16000 bovis !!!

    RépondreSupprimer

Vous avez la parole :