"You are always on my mind!"

samedi 24 mars 2012

Lemon Tree









Une chanson qui captive, dès l’introduction, par l’originalité et l’allant de sa mélodie au point que l’on peut écouter distraitement les paroles pour ne retenir qu’une vague histoire de citronnier et de pluie du dimanche après-midi.
Quelques indices (ou une légende ?) lui donnent cependant un éclairage bien différent, puisque l’on raconte qu’elle fut écrite après que le chanteur du groupe « Fool’s Garden », Peter Freudenthaler, ait perdu sa fiancée, tuée dans un accident lorsque sa voiture se serait écrasée contre un citronnier.
La description de la solitude et de la vacuité du cœur devient alors plus poignante, et la métaphore du citronnier plus facile à élucider (au même titre, bien que dans un registre différent, que dans le « Lemon Tree » de Peter, Paul, and Mary). « I wonder » signifie alors tout autant l’inquiétude que l’étonnement et le questionnement, tandis qu’un lourd nuage noir envahit la pensée.
L’absence ternit les couleurs, réduit l’espace, abolit la volonté.
L’attente vaine engourdit l’esprit et refroidit le cœur.
L’âme ne connaît plus ni joie ni désir, car tout est superflu quand on est privé de l’essentiel !

Il en néanmoins possible d’en rester à une interprétation générique des paroles, évoquant simplement la fin inopinée d’une relation, le vide affectif qui en résulte, puis l’espoir qui renaît – comme le suggère le dernier couplet, qui évoque une forme de revanche.



Citronnier

Je suis assis dans une chambre d’ennui
Encore un dimanche après-midi sous la pluie
Je n’ai rien à faire, alors je perds mon temps
Et je tourne en rond pendant que je t’attends
Mais il n’arrive jamais rien, et je m’étonne

Je conduis trop vite en voiture
Je conduis trop loin et à l’aventure
Je voudrais voir différemment
Je me sens si seul pendant que je t’attends
Mais il n’arrive jamais rien, et je m’étonne

Dis-moi pourquoi, dis-moi comment
Hier tu me parlais du bleu du firmament
Mais je ne vois jamais rien d’autre que ce citronnier
Je tourne le regard tout autour
Je tourne, tourne, tourne, tourne, et tourne toujours
Et je ne vois jamais rien que cet éternel citronnier

Chante : La, la la…

Je reste assis ; je n’ai pas la pêche
J’aimerai sortir ou prendre une douche
Il y a dans ma tête un gros nuage gris
Trop fatigué, je vais me mettre au lit
Où il n’arrive jamais rien, et je m’étonne

L’isolation m’est déconseillée
Isolation ; je ne vivrai pas sous un citronnier
J’erre dans un endroit déserté par la joie
Mais je jouerai à autre chose que ça
Et tout enfin arrivera… Ça t’étonnera

Dis-moi pourquoi, dis-moi comment
Hier tu me parlais du bleu du firmament
Mais je ne vois jamais rien d’autre que ce citronnier
Je tourne le regard tout autour
Je tourne, tourne, tourne, tourne, et tourne toujours
Et je ne vois jamais rien que cet éternel citronnier
Et je m’étonne, m’étonne
Dis-moi pourquoi, dis-moi comment
Hier tu me parlais du bleu du firmament
Et je ne vois jamais, et je ne vois jamais
Et je ne vois jamais que cet éternel citronnier

(Traduction – Adaptation : Polyphrène)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous avez la parole :