"You are always on my mind!"

samedi 3 mars 2012

Rum and Coca-Cola















 A partir d’une chanson populaire de la Martinique, Lionel Belasco (à Trinidad) avait écrit sur un « Calypso » (style musical des Antilles) une chanson intitulée “L’Année Passée”. Les paroles de la chanson « Rum & Coca-Cola » furent ensuite écrites par Rupert Grant (aussi à Trinidad) sous son « nom de scène » de « Lord Invader ». Aux Etats Unis, Moorey Amsterdam s’en empara et, mentionnant Jeri Sullavan et Paul Baron comme compositeurs, s’en adjugea les droits d’auteurs. La chanson fut chantée par les Andrew Sisters et connut un succès considérable en 1945. Ce n’est que trois ans plus tard que les véritables auteurs purent faire reconnaître leurs droits devant les tribunaux, et obtinrent partiellement réparation.
Au delà de cette histoire un peu sordide de plagiat et de spoliation, il est intéressant de noter que la version chantée par les Andrew Sisters avait été discrètement débarrassée de l’essentiel de son contenu de critique sociale. En effet, Lord Invader avait rédigé des paroles (présentées et traduites ici) critiquant explicitement l’effet corrupteur et moralement dégradant de la présence des GI américains sur les îles des Caraïbes où ils trouvaient « le repos du guerrier ». Le texte de la version « américaine » ne comportait plus que de vagues allusions, et pouvait être écouté d’une oreille distraite comme une célébration semi-commerciale de l’Amérique au sommet de sa gloire et de sa puissance. Les Andrew Sisters elles-mêmes ne prêtèrent guère attention aux paroles. En dépit de son immense succès, cette chanson fut longtemps bannie des ondes car elle mentionnait d’une part une boisson alcoolisée, et d’autre part une appellation commerciale
Notons enfin une brève « citation » de cette chanson (« Working for the Yankee Dollar ») par Léonard Cohen dans « Field Commander Cohen ».


Rhum et Coca-Cola

Avec les ricains à Trinité
Les jeunes filles sont tout excitées
Elles disent qu’elles sont bien traitées
Et aussi qu’elles sont mieux payées
Ils boivent du rhum et du cola
Descendent à Cumana
La fille et la mère aussi bien
Travaillent pour le dollar ricain

J’avais l’autre jour une pépée dans les bras
Sa mère survint et me l’arracha
Puis avec ses sœurs la voilà
En voiture avec des soldats
Ils boivent du rhum et du cola
Descendent à Cumana
La fille et la mère aussi bien
Travaillent pour le dollar ricain

A Port d’Espagne, il y a des aristos
Que je connais, des gens comme il faut
Le jour, ne vous jettent pas un regard
Mais sortent avec des étrangers le soir
Ils boivent du rhum et du cola
Descendent à Cumana
La fille et la mère aussi bien
Travaillent pour le dollar ricain

Un couple s’est marrié l’après-midi
En lune de miel à Mayaro, ils sont partis
Mais, pour un ricain le soir, elle a quitté
Son mari qui regardait, stupéfait
Ils boivent du rhum et du cola
Descendent à Cumana
La fille et la mère aussi bien
Travaillent pour le dollar ricain

L’inspecteur Jori avait bien vu
Dans un club à St. James il est descendu
Le club était un bordel en réalité
Les filles, je ne vous dis pas dans quel état elles étaient
Ils boivent du rhum et du cola
Descendent à Cumana
La fille et la mère aussi bien
Travaillent pour le dollar ricain

(Traduction – Adaptation : Polyphrène)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous avez la parole :