"You are always on my mind!"

samedi 17 novembre 2012

Democracy










N’est-ce pas le moment approprié, alors que les U.S.A. viennent de réélire un président démocrate noir, de citer Léonard Cohen chantant l’arrivée de la démocratie ?
Bien qu’il ne l’ait terminée qu’en 1992, l’idée de cette chanson lui est venue en 1989, lors de la chute du mur de Berlin, en pleine liesse populaire, alors que le sentiment général était que la démocratie arrivait enfin en Europe de l’Est. Léonard Cohen raconte qu’il ne partageait pas ce sentiment, et se montrait plutôt inquiet et circonspect.
Ce qui s'est passé depuis semble lui avoir donné raison.
Il explique en revanche que son impression, à l’époque, était que la démocratie trouvait, en Amérique, son terrain d’élection, un véritable laboratoire, confronté à des problèmes d’immigration et de racisme, et paraissant capable de les surmonter.
Il considère la démocratie comme une sorte de religion occidentale qui, « en tant que grande religion, affirme les autres religions, et, en tant que grande culture, affirme les autres cultures ».
Léonard Cohen n’aurait sans doute pas pris partie dans l’affrontement entre républicains et démocrates au cours de la bataille électorale qui vient de s’achever, mais sa définition de la démocratie trouve néanmoins une belle illustration dans la réélection du premier président noir des Etats-Unis.
Léonard Cohen évoque ainsi, sur un mode presque incantatoire, toutes les misères, les douleurs, les drames et les malheurs qui mobilisent les esprits et les cœurs et y font naître la démocratie. Certes, dit-il, elle n’est pas encore vraiment là, mais on sent confusément qu’elle s’approche, et l’on se tient prêt, un bouquet de fleurs sauvages à la main, à l’accueillir.



Démocratie

C’est un trou dans les airs qui l’amène
Des nuits de la place Tienanmen
Ça vient de l’intuition
Que ce n’est qu’une impression
Ou c’est réel mais on le sent à peine
Des guerres contre la maladie
Des sirènes qui ne cessent pas
Des gays que l’on immola
La démocratie arrive aux U.S.A.


Elle vient par une fissure dans le mur
Sur un flot d’alcool inspirant les augures
De l’audace dont témoigne
Le sermon sur la montagne
Dont, pour moi, le sens reste encore obscur
Du silence au bout du quai*
Dans la baie, elle viendra
De ce brave cœur qui, rudoyé
Dans les Chevrolet, bat
La démocratie arrive aux U.S.A.


Elle vient du chagrin sur les rues et places
Des lieux saints où se mêlent les races
De ces petites phrases assassines
Que l’on entend dans les cuisines
Pour savoir qui mange les plats et qui les passe
Des puits de dépit ou prient
A genoux, les femmes, tout bas
Pour la grâce de Dieu dans ce désert-ci
Et le désert au delà
La démocratie arrive aux U.S.A.


Vogue, vogue,
Vaisseau sacré national,
Vers Nécessité
Passe l’écueil d’Envie
La haine en rafales
Vogue, vogue, vogue, vogue


C’est par l’Amérique qu’elle doit venir
Le berceau du meilleur et du pire
C’est là qu’ils ont la marge
Et les techniques pour que ça change
Et, spirituellement, ils en ont le désir
C’est là que la famille se meurt
Et c’est là que les gens seuls croient
Que, fondamentalement, le cœur
Un jour enfin s’ouvrira
La démocratie arrive aux U.S.A.


Ce sont les femmes et les hommes qui l’amènent
Nous ferons donc encore l’amour, ma reine
Nous descendrons si profond
Que les rivières pleureront
Et que la montagne criera « Amen »
Comme, sous l’attraction lunaire,
La marée montera,
Impérieux mystère,
Amour tendant les bras,
La démocratie arrive aux U.S.A.


Vogue, vogue…

Je suis un grand sentimental, vois-tu
J’aime le pays mais ne supporte pas la vue
Ni de gauche, ni de droite, mais
Ce soir devant cette télé
Si désespérante, je me sens perdu
Mais, têtu comme ces sacs-poubelles
Que le temps n’atteint pas,
Je ne vaux rien mais tends, fidèle,
Mon bouquet de Lila
La démocratie arrive aux U.S.A.


(Traduction – Adaptation : Polyphrène)**


* Faut-il voir là une citation de "Sittin' on the Dock of the Bay", où Otis Redding chante la misère et la solitude du chômage ?

** Avec ses rimes imbriquées marchant par trois, cette chanson est l'une de celles dont la traduction m'a donné le plus de mal : La Démocratie, ça ne va pas de soi !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous avez la parole :