"You are always on my mind!"

samedi 23 avril 2011

Lullaby

I can’t break the code





Léonard Cohen nous chante une berceuse pour adultes à l’heure de l’informatique, où le destin n’est qu’un programme, où l’échec n’est qu’une erreur logicielle, où l’amour n’est qu’une question de compatibilité de systèmes d’exploitation…
La réalité devient virtuelle ;
L’information devient « télé-réalité » ;
La vertu devient crédulité.

Pourtant, la nuit est longue, et notre cœur se serre.
La vie n’est-elle qu’un tissu de leurres que déchire la mort quand la main que nous tenons se fige et devient froide ?

Vers quel sommeil nous conduit cette berceuse ?


Berceuse

Je n’ peux déboguer
Notre amour planté
Trop tard pour trouver
Le mot d’ passe et
Je n’ suis pas surpris
Si ton cœur se brise
Si longue est la nuit
Voici ma berceuse
Voici ma berceuse

Ils mentent aux infos
Le monde est leurré
A genoux s’il le faut
Vivons dans le vrai
Je n’ suis pas surpris
Si ton cœur se brise
Si longue est la nuit
Voici ma berceuse
Voici ma berceuse

A travers un rets
De mensonges, je viendrai
Advienne la mort, et
Moi, je les saluerai
Je n’ suis pas surpris
Si ton cœur se brise
Si longue est la nuit
Voici ma berceuse
Voici ma berceuse

On a tenu bon
Et bien qu’il soit trop tard
Quand ils t’appelleront
Je tiendrai ta main
Je n’ suis pas surpris
Si ton cœur se brise
Si longue est la nuit
Voici ma berceuse
Voici ma berceuse

(Traduction - Adaptation : Polyphrène)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous avez la parole :