"You are always on my mind!"

samedi 2 avril 2011

Amen

Un poème jusque là inédit, et devant figurer dans le très prochain livre de Léonard Cohen « Poems and Songs », « Amen » sera aussi chanté sur son prochain disque. A ce stade, il est donc difficile d’épiloguer sur le (ou les) sens profond(s) de ce texte, sur lequel l’auteur n’a pas eu encore l’occasion de s’exprimer. On y retrouve néanmoins les allusions bibliques, la force et le mystère de l’amour, l’évocation des faiblesses et des vices humains, et une forme d’espoir mystique – autant d’ingrédients auxquels il nous a habitués dans ses chansons qu’il faut écouter, « encore et encore », à différents moments de la vie, pour en découvrir peu à peu le sens et la portée.



Amen

Dis-moi encore quand j’aurai pu me rendre,
Pour calmer ma soif, à la rivière
Dis-moi encore quand je serai seul pour t’écouter
T’écouter au point que j’en souffre
Dis-moi encore quand je suis net et sobre
Dis-moi encore quand j’ai surmonté l’horreur
Dis-moi encore, dis-moi encore et encore
Dis-moi que tu me veux, alors
Amen, Amen, Amen… Amen

Dis-moi encore quand les victimes chantent
Et l’on restaure les lois du remords
Dis-moi encore que tu sais ce que je pense
Mais la vengeance est au seigneur
Dis-moi encore quand je suis net et sobre
Dis-moi encore quand j’ai surmonté l’horreur
Dis-moi encore, dis-moi encore et encore
Dis-moi que tu m’aimes, alors
Amen, Amen, Amen… Amen

Dis-moi encore quand les jours sont rançonnés
Et la nuit interdite de tomber
Tente-moi encore quand les anges sont essoufflés
Et grattent à la porte pour entrer
Dis-moi encore quand je suis net et sobre
Dis-moi encore quand j’ai surmonté l’horreur
Dis-moi encore, dis-moi encore et encore
Dis que tu as besoin de moi, alors
Amen, Amen, Amen… Amen

Dis-moi encore quand le sang de l’agneau a
Lavé la souillure du boucher
Dis-moi encore quand par l’œil de la caméra *
Toute culture sera passée
Dis-moi encore quand je suis net et sobre
Dis-moi encore quand j’ai surmonté l’horreur
Dis-moi encore, dis-moi encore et encore
Dis-moi que tu m’aimes, alors
Amen, Amen, Amen… Amen

(Traduction - Adaptation : Polyphrène)



Dis-moi encore lorsque de l'agneau le sang 
A lavé la crasse du boucher
Dis-moi encore quand, à travers l’œil du camp 
Toute culture sera passée


Dans son livre "Poems and Songs", publié en 2011, Léonard Cohen écrivait "Eye of the cam", et c'est cette version dont j'ai fait, initialement, la traduction. Les paroles produites à l'occasion de la parution de l'album "Old Ideas" comportent "Eye of the Camp". Ce changement a fait l'objet d'intéressantes discussions, mais, faute d'éclairage fourni directement par l'auteur, la question reste en suspens. Je propose donc deux versions, en remerciant le visiteur qui a bien voulu attirer mon attention sur ce sujet.


5 commentaires:

  1. Bonsoir Polyphrene,
    Je suis passée comme une voleuse hier soir prendre les paroles de "Amen" de Leonard Cohen. Je repasse donc ce soir pour vous remercier d'avoir créé ce blog de traductions de chansons. C'est tout de même mieux lorsqu'on comprend les paroles des chansons que l'on dépose sur son blog, pour soi, et pour ses visiteurs.
    Je mets votre lien en favori, il me sera bien utile.
    Belle soirée à vous.

    RépondreSupprimer
  2. Je pense que je vais rapidement faire comme Françoise...
    Et en tout cas je vais revenir ici, c'est sûr. Merci.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne suis pas d'accord avec de nombreux points de la traduction.
    Ainsi, c'est Eye of the Camp (l'OEil du Camp) et non de la caméra.
    Dommage.

    Samuel

    RépondreSupprimer
  4. Merci de m'avoir signalé ce problème. J'avais effectué cette traduction sur la base de la version publiée dans "Poems and Songs", et, en effet, les paroles présentées lors de la parution de "Old Ideas" comportent "Eye of the Camp" et non plus "Eye of the cam". Je propose désormais deux versions, en attendant d'éventuels éclaircissements de la part de l'auteur (mais, en règle générale, Léonard Cohen se garde bien de "fermer" les champs d'interprétation de ses oeuvres).
    Cordialement

    RépondreSupprimer

Vous avez la parole :