"You are always on my mind!"

samedi 22 septembre 2012

I Was Born Under A Wandrin' Star



I was born under a wandrin' star
I was born under a wandrin' star
Wheels are made for rolling, mules are made to pack
I've never seen a sight that didn't look better looking back
I was born under awandrin' star

Mud can make you prisoner and the plains can bake you dry
Snow can burn your eyes, but only people make you cry
Home is made for coming from, for dreams of going to
Which with any luck will never come true
I was born under a wandrin' star
I was born under a wandrin' star

[]


Une somptueuse chanson écrite par Alan Jay Lerner et André Previn, et chantée par Lee Marvin, et une adaptation française (paroles de M Vidalin, chantée par Gilles Marchal) très réussie quant à  l’ambiance générale, mais s’éloignant suffisamment du texte original pour que ma traduction ne soit pas superflue.
L’histoire de Lee Marvin est elle-même est extraordinaire : plombier amené à remplacer au pied-levé un acteur de théâtre malade, il devint un célébrissime acteur de cinéma, où il interprétait lui-même les chansons de ses films. « I was born under and wandrin’ star » est tirée de « Paint your wagon », Western où Lee Marvin et Clint Eastwood occupent les premiers rôles.
Le grand mythe sur lequel est fondée cette chanson est commun à beaucoup d’autres, sous différentes formes : le goût de la liberté incompatible avec un quelconque attachement aux lieux ou aux personnes, un destin d’errance plus fort que l’amour, une nostalgie dans laquelle on se complait et que l’on cultive par l’éloignement, un romantisme de la solitude voulue, le bonheur dans le dénuement, un cynisme indissociable du fatalisme, ou la recherche éternelle d’un rêve dont on sait par avance qu’il ne peut s’incarner. Autant de déclinaisons superbes sur le même thème, et de chansons inoubliables, mais toujours le même héros solitaire… que l’on admire plus qu’on ne le plaint, et que l’on envie même un peu pour avoir su déguiser sa fuite en un destin romantique.



Je Suis Né Sous Une Etoile Errante

Je suis né sous une étoile errante
Je suis né sous une étoile errante
Les roues sont faites pour tourner, les mules pour le bât
La vue paraît plus belle quand on l’a laissée derrière soi
Je suis né sous une étoile errante

La boue peut t’emprisonner, le désert te brûler
La neige pique les yeux mais seuls les gens te font pleurer
Chez soi c’est pour en partir, et rêver d’y rentrer
Ce qui, par chance, ne se fera jamais
Je suis né sous une étoile errante
Je suis né sous une étoile errante

Je sais ce qu’est l’enfer ; l’enfer c’est « bonjour »
Le ciel c’est « Adieu » ; je dois repartir pour toujours
Je suis né sous une étoile errante
Sous une étoile errante

La boue peut t’emprisonner, le désert te brûler
La neige pique les yeux mais seuls les gens te font pleurer
Chez soi c’est pour en partir, et rêver d’y rentrer
Ce qui, par chance, ne se fera jamais
Je suis né sous une étoile errante
Je suis né sous une étoile errante

Si j’arrive au ciel, ligotez-moi bien
Sans quoi vous me verrez encore errer sur les chemins
Je suis né sous une étoile errante
Sous une étoile errante

(Traduction – Adaptation : Polyphrène)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous avez la parole :