"You are always on my mind!"

dimanche 17 mars 2013

Morning Glory







 Pas vraiment une chanson (le texte est parlé, non chanté), et pas vraiment un poème (pas de rimes, simplement des répétitions), mais une atmosphère très particulière : ce dialogue de Léonard Cohen avec lui-même, ou avec son écho (questions et réponses se chevauchent, et les phrases s’entremêlent) évoque ce sentiment – ou cette sensation – que l’on peut ressentir après une nuit de travail, une nuit de fête, ou une nuit de voyage, lorsque les lieux familiers que nous regagnons nous paraissent, dans la pâle lueur qui annonce l’aube, étranges sinon étrangers.
Et, tandis que nous cheminons dans la semi-obscurité vers la porte qui nous ramènera vers notre quotidien, nous voudrions « retenir la nuit » pour découvrir un autre monde, une autre vie, une autre dimension. Un mélange de fatigue et d’exaltation nous fait rêver que le jour se lève sur un décor différent, débarrassé des pesanteurs domestiques.
Nous savons bien que, dès la porte franchie et la lumière allumée, la banalité nous emprisonnera à nouveau, et l’impression de légèreté, l’appel d’une transcendance, disparaîtront comme les brumes du matin… et comme l’ivresse d’une nuit qui ne laisse qu’un mal au crâne et une peine au cœur…

Bien évidemment, comme de nombreux textes de Léonard Cohen, « MorningGlory » fait l’objet d’interprétations très diverses, fondées essentiellement sur le titre, car la « Gloire du Matin » est une fleur grimpante du genre Ipomée, dont les graines contiennent des alcaloïdes d’effets psychédéliques (LSD). En argot, « Morning Glory » désigne aussi l’érection matutinale. Je vous laisse donc imaginer les idées et pensées qui ont pu dès lors être attribuées à Léonard Cohen, lequel, il est vrai, nous a habitués à des textes ambivalents ou polyvalents.
Mais, en l’occurrence, « honni soit qui mal y pense », car la première lecture que je propose ici me semble être celle qui nous mène le plus loin, sans qu’il soit besoin d’une quelconque chimie pour stimuler nos rêves.


Gloire du Matin

Sans mots, cette fois ?
Sans mots.
Non, certaines fois, on ne peut rien faire
Pas cette fois.
Est-ce la censure ?
Est-ce la censure ?
Non, c’est l’évaporation
Non, c’est l’évaporation

Cela mène quelque part ?
Oui
Nous descendons l’allée
Cela mène quelque part ?
Ça mène au jardin
Ça mène à la cour
Nous progressons sur l’allée
Nous avançons-nous vers…
Nous sommes dans la cour.
…Un instant transcendantal ?

C’est presque clair
C’est ça
Voilà
Nous avançons-nous vers un instant transcendantal ?
C’est ça
Voilà
Penses-tu que tu pourras y parvenir ?
Oui, est-ce que tu peux y parvenir ?
Oui, ça se pourrait
J’ suis tout ouïe
J’ suis tout ouïe
Oh, la gloire du matin !

(Traduction – Adaptation : Polyphrène)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous avez la parole :