"You are always on my mind!"

samedi 30 novembre 2019

The Hills

I can't make the hills
















Léonard Cohen a voulu cet album « Thanks for the dance », publié trois ans après sa mort. C’est donc là son dernier message, et il n’est pas vraiment joyeux ! Le fond noir uniforme de la pochette illustre la noirceur absolue des propos, mais fait paradoxalement ressortir la brillance du titre en lettres d’or sur la couverture, et des petits dessins et symboles en page intérieure. Il en est de même du texte de « The Hills » où il se décrit, avec une impressionnante lucidité, face à la mort prochaine, mais évoque, aussi avec pudeur, le devenir de son œuvre indissociable de son être, inachevée et éternelle à la fois. Il nous laisse encore, au passage, une de ces étincelles de l’esprit qui le caractérise, en logeant la liberté dans les failles de la volonté (“My will cut in half And freedom between”). A méditer en écoutant sa voix désormais universalisée.
ALC


Les Côtes

En côte, je suis nul
L’moteur est trop vieux
Je vis de pilules
Et remercie Dieu

Ma carcasse aboie
Mon ange est inquiet
Mais je n’ai pas droit
Au moindre regret

Quelqu’un prendra bien
Ce que j’n’ai pu être
Mon cœur sera sien
Sans me reconnaître

Elle suivra l’allée
Verra mon idée
Ma d’mi-volonté
Coupée d’liberté

Nos vies en un instant
Se percuteront
L’infini en suspend
Les portes s’ouvriront

Et elle sera née
De quelqu’un comme toi
Ce que j’n’ai pas fait
Sûr, elle le fera

Je sais qu’elle arrive
Et je sais qu’elle verra
C’est cela l’envie
Et le piège est là

En côte, je suis nul
L’moteur est trop vieux
Je vis de pilules
Et remercie Dieu

Ma page trop pâle
Mon encre trop fluide
Le jour, n’écrivait pas
Mais noircissait la nuit

Mais je sais qu’elle arrive
Et je sais qu’elle verra
Et cela l’envie
Et le piège est là

Je sais qu’elle arrive
Et je sais qu’elle verra
Et cela l’envie
Et le piège est là

En côte, je suis nul
L’moteur est trop vieux
Je vis de pilules
Et remercie Dieu

J’ai vogué comme un cygne
J’ai coulé comme un roc
Mais le temps s’éloigne
De mes rires en stock

En côte, je suis nul
L’moteur est trop vieux
Je vis de pilules
Et remercie Dieu

(Traduction – Adaptation : Polyphrène)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous avez la parole :