"You are always on my mind!"

vendredi 29 novembre 2019

It's Torn

















Vous ne le savez peut-être pas encore : Léonard Cohen est mort !
Quoique…
Il avait déjà une voix d’outre-tombe, bien avant la fin de son passage.
Ses dernières chansons étaient bien sombres, tout comme son humour noir.
You want it darker’, demandait-il ?
Eh bien voilà que, d’outre-tombe sa voix nous revient sur un album aux allures de faire-part de décès : noir, tout noir ! ‘It’s torn’ n’est peut-être pas le plus noir des titres figurant sur cet album, mais il n’est pas non plus d’une folle gaité. On imagine d’abord une femme rentrant de la plage (à Hydra, par exemple ?), ôtant ses sandales, secouant ses cheveux, frottant le sel sur ses épaules… Mais on découvre ensuite autour d’elle un monde (son monde ?) déchiré, ravagé, et l’on partage sa souffrance. Vient alors l’apocalypse, une dé-création, une dé-genèse, où l’univers cesse son expansion pour se rétracter vers l’infiniment petit. Le temps, quant à lui, ne revient pas en arrière : l’histoire est écrite, et le destin scellé. Dans ce chaos, ne subsiste que ce que l’amour a semé, avec pour seul éclairage non pas la brillance des ors sacrés mais la lumière que laissent entrer les failles d’un monde qui s’effondre.



C’est ruiné

Je t’vois dans des fenêtres
Ouvertes si grand
Qu’il n’y a rien au-delà
Et personne dedans

Tu ôtes tes sandales,
Secoues tes cheveux
Le sel sur tes épaules
Étincelle un peu

Tu’as du sable aux chevilles
Aux pieds du limon
La rivière est trop basse
L’océan trop profond

Tu souris à ta souffrance
Le plus doux des sursis
Pourquoi nous quittas-tu ?
Pourquoi es-tu partie

Tu ôtes tes sandales
Et secoues tes cheveux
C’est ruiné où tu danses
C’est ruiné partout

C’est ruiné à droite
Et c’est ruiné à gauche
C’est ruiné au centre
Ce que peu admettent

Ruiné où il y a beauté
Ruiné où il y a mort
Ruiné où il y a pitié
Mais un peu moins fort

C’est ruiné au plus haut
De règne à couronne
Les messages volent
Mais l’réseau est en panne

Meurtrie à l’épaule
Coupée au poignet
La mer se retire
En embruns dans son dé

Les opposés faiblissent
Les spirales s’inversent
Eve retourne au sommeil
D’avant sa naissance

Dans le système entier
Les mondes sont soustraits
Des régions que jadis
Domina l’esprit

Maint’nant que tu lui’as dit
Maint’nant que c’est fait
Le nom n’a pas de nombre
Pas mêm’ le premier

Viens, récupère et glane
Les morceaux égarés
La lumière du profane
Le mensonge du sacré

L’histoire est par écrit
La lettre cachetée
Tu m’as donné un lis
Maintenant, c’est un pré

Tu ôtes tes sandales
Et secoue tes cheveux
C’est ruiné où tu danses
C’est ruiné partout

(Traduction – Adaptation : Polyphrène)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous avez la parole :