"You are always on my mind!"

dimanche 27 janvier 2013

John Wayne Gacy, Jr




  


N’est-ce pas étrange que l’on puisse consacrer une chanson au plus célèbre et plus terrible tueur en série de l’histoire américaine ? Et plus étrange encore, plus troublant et déconcertant, que l’auteur et chanteur lui-même se compare à cet individu ?
John Wayne Gacy junior fut condamné à mort en 1980 et exécuté en 1994 pour avoir violé et tué au moins 33 garçons et jeunes hommes, dont il avait enterré 27 dans le sous-sol de sa maison.
Sufjan Stevens résume d’abord la vie et les crimes de John Wayne Gacy junior, puis termine en se comparant à lui, et en évoquant les « secrets qu’il cache sous le plancher ».
Cette chanson et son contexte font l’objet d’une analyse détaillée et passionnante sur le site didactique « Shmoop », qui explique que les tueurs en série tiennent dans la culture américaine une place aussi essentielle que la tarte au pommes (« apple pie », effectivement évoquée comme emblématique dans « American Pie » de Don McLean), citant David Schmid dans son ouvrage « Natural Born Celebrities: Serial Killers in American Culture ».
Sufjan Stevens n’est certainement pas un tueur en série, et l’on ne trouverait sous le plancher de sa conscience que les petites hontes, les remords et les lâchetés qui moisissent le revers de l’âme, comme chez chacun d’entre nous.
Sa chanson n’a cependant pas pour but de choquer ou d’exploiter cette « fascination morbide », mais d’exprimer un message simple et courageux : il serait trop facile de rejeter de tels criminels de l’autre côté d’une barrière virtuelle séparant le juste de l’assassin, comme il serait erroné de séparer ainsi le fou du sain d’esprit. Les concepts de liberté et de responsabilité sont des mensonges nécessaires dans une société dont les règles et les sanctions sont supposées pondérer les multiples choix qui jalonnent la vie des individus pour les maintenir sur « le droit chemin ». La multiplicité des causes et la complexité des relations donnent l’apparence d’un libre choix, et si l’on peut être tenté de s’enorgueillir d’une bonne conduite et d’une bonne image, il ne s’agit en fait que du résultat d’une somme algébrique de contraintes, punitions et gratifications. Qu’un grain de sable vienne, à un moment crucial, entraver le fonctionnement d’un petit rouage, et la balance peut pencher dans l’autre sens : notre esprit est typiquement un chaos déterministe, dont l’inné ne constitue qu’un point de départ. Les événements de la vie (comme les évoque Sufjan Stevens à propos de John Wayne Gacy junior), et les conditions d’environnement, déterminent notre devenir. Dans une société, la culture représente l’affichage des enjeux, et doit mettre en exergue les multiples formes de gratification qui doivent, comme un phare, guider vers un comportement « social ». Lorsqu’une culture est envahie par l’argent, la violence, l’individualisme et l’égoïsme, lorsque le fossé se creuse entre ceux qui ont l’argent et le pouvoir et ceux qui n’ont rien, pas même un travail, la construction-même de l’esprit humain est compromise (que l’on soit d’un côté ou l’autre du fossé). Et si le bâtiment ne va pas…

PS : Merci à JMM pour m’avoir fait découvrir ce chanteur hors normes



John Wayne Gacy junior

Le père de John Wayne buvait
Et, au lit, sa mère pleurait
Quand sa tête a heurté
La balançoire, elle pliait
Son linge. Les voisins l’adoraient
Pour son humour, sa conversation
Mais regardez sous sa maison
Vous y verrez dormir, et pourir, quelques corps
Oh, les morts !

Oui, vingt-sept personnes
Sans doute plus ; des garçons
Voiture et job d’été
Oh, mon Dieu !

Es-tu l’un d’entre eux ?

Faisait le clown pour les enfants
Le visage peint en rouge et blanc
Dans ses bons moments, chez lui
Volets tirés, sur le lit
Les embrassait
Aurait pu en tuer mille
D’une main si habile
Chassait loin, chassait vite pour ses morts
Otait les vêtements de leur corps
Sur la bouche, bâillonnée,
Bien tranquillement, les embrassait

Et moi, dans mes bons moments
Je ne suis pas différent
Sous les lames du parquet
Vous trouverez mes secrets

(Traduction – Adaptation : Polyphrène)

1 commentaire:

  1. Votre Blog est très intéressant et vraiment agréable à visiter !!! Je suis venu pour les articles concernant Joe Dassin et je vais revenir pour lire les autres ;-)
    Merci pour ce partage

    RépondreSupprimer

Vous avez la parole :