"You are always on my mind!"

samedi 27 septembre 2014

Innocent When You Dream









Innocent When You Dream” est une chanson de Tom Waits, écrite pour la pièce de théâtre “Frank’s Wild Years”, figurant sur plusieurs de ses albums, mais aussi sur la bande sonore du film  « Smoke », et reprise aussi par Lisa Moscatiello. La voix invraisemblablement rauque et quasiment éructatoire de Tom Waits crée une atmosphère bien particulière, portant à imaginer que cette triste confession est chantée par un ivrogne, au bord de la folie*, déplorant ses erreurs et ses fautes par lesquelles son bonheur – ou son rêve – ont été brisés. Il est intéressant de noter que « You’re innocent when you dream » pourrait se comprendre comme s’adressant à l’autre (celle à qui l’on avait juré fidélité et que l’on a trahie), mais aussi de façon générique (« on est innocent quand on rêve ») : Une façon de dire que l’on est de bonne foi au moment des vœux et des promesses, mais que nos « démons »reprennent ensuite le dessus. On rejoint ainsi les drames personnels évoqués dans « The Days of Pearly Spencer » et « Home From the Forest ».
* "The bats are in the belfry", littéralement "Les chauve-souris sont dans le clocher", est une expression généralement utilisée pour évoquer la folie, comme, en français, "une araignée au plafond".
ALN


Tu es Innocent(e) quand tu dors

Au beffroi, les chauves-souris
Sur la lande, la rosée
Où sont les bras qui, jadis
Par amour m’étreignaient ?
Par amour m’étreignaient ?

Et toujours ce vieux cafard
Sur les champs, le jour se lève
Des souvenirs dont je m’empare
Mais tu es innocent(e) quand tu rêves
Quand tu rêves
Tu es innocent(e) quand tu rêves

Nous promettions toujours,
Devant les cimetières
D’être ensemble jusqu’au jour
De notre mise en bière
De notre mise en bière

Et toujours ce vieux cafard
Sur les champs, le jour se lève
Des souvenirs dont je m’empare
Mais tu es innocent(e) quand tu rêves
Quand tu rêves
Tu es innocent(e) quand tu rêves

En cadeau, j’avais juré
Que jamais elle ne pleure
Sur un médaillon doré
Mais j’ai brisé son cœur
Mais j’ai brisé son cœur

Et toujours ce vieux cafard
Sur les champs, le jour se lève
Des souvenirs dont je m’empare
Mais tu es innocent(e) quand tu rêves
Quand tu rêves
Tu es innocent(e) quand tu rêves


(Traduction – Adaptation : Polyphrène)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous avez la parole :