"You are always on my mind!"

samedi 8 octobre 2011

In the Summertime (You Don’t Want My Love)







Une chanson tout à fait typique de Roger Miller : sur un rythme très alerte, un ton enjoué, et dans une cascade d’onomatopées quasi acrobatiques, il chante des paroles sombres et amères, créant un contraste saisissant.  L’auditeur non anglophone peut écouter (ou voir) cette chanson et se réjouir des pitreries de Roger Miller. De nombreuses versions circulent, toutes plus savoureuses les unes que les autres, notamment lorsqu’il chante en duo avec Andy Williams, improvise avec Johny Cash, ou apparaît au milieu des marionnettes du « Muppets-Show ».
Il n’est pourtant pas inutile de se pencher sur les paroles de cette chanson et de quelques autres du même Roger Miller pour imaginer comment cette gaieté apparente, sans prétendre dissimuler une peine ou une souffrance, constitue une réaction, et non une négation. Le registre n’est pas celui de l’humour grinçant, comme dans « Flowers on the Wall ». Il s’agit en fait d’un parti pris : celui de l’autodérision et d’une forme de détachement assez élégant, plutôt que de tomber dans la mélancolie ténébreuse et culpabilisante, plutôt que de formuler des reproches en tentant d’apitoyer, plutôt que de dramatiser et revendiquer.
Ce n’est pas si facile, comme en témoigne Charles Aznavour quand il chante « Il Faut Savoir… »



Au Ciel Bleu d’Eté (Tu n’veux pas d’mon amour)

Au ciel bleu d’été
Quand, aux arbres, les feuilles sont vertes
Chantent les rouges-gorges, j’ broie du noir
Tu n’ veux pas d’mon amour

« Une autre fois »
C’est c’ que tu dis quand je te veux
Tu ris de moi et me fais pleurer
Tu n’ veux pas d’mon amour

Tu ne te fais guère de souci pour moi
Tu te trouv’rais mieux sans moi
Qu’avec mes bras autour de toi
Quand les nuits sont fraîches et tu te sens si seule

Au ciel bleu d’été
Quand, aux arbres, les feuilles sont vertes
Chantent les rouges-gorges, j’ broie du noir
Tu n’ veux pas d’mon amour

Autrefois, pourtant
Tu souriais, me faisant signe
M’accompagnais ; plus maintenant
Tu n’ veux pas d’mon amour

Un autre gars
Accapare tout ton temps
Tu n’as plus de temps pour mois
Tu n’ veux pas d’mon amour

Tu ne te fais guère de souci pour moi
Tu te trouv’rais mieux sans moi
Qu’avec mes bras autour de toi
Quand les nuits sont fraîches et tu te sens si seule

Au ciel bleu d’été
Quand, aux arbres, les feuilles sont vertes
Chantent les rouges-gorges, j’ broie du noir
Tu n’ veux pas d’mon amour

(Traduction – Adaptation : Polyphrène)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous avez la parole :