"You are always on my mind!"

dimanche 16 octobre 2011

Mad World






Chanson du groupe « Tears for Fears » (écrite par Roland Orzabal et chantée par Curt Smith), reprise, quelques années plus tard, par Michael Andrews & Gary Jules avec un succès considérable.

Le regard d’un enfant sur l’hostilité du monde, l’ignorance et l’indifférence telles qu’il peut les découvrir lorsque se déchire le cocon d’insouciance et de sécurité dans lequel il a vécu ses premières années, et qu’il doit affronter l’école, avec ses contraintes, ses règles incompréhensibles, ses codes et son cynisme.

Le regard que jette un adolescent sur le monde, lorsqu’il comprend qu’il doit entrer dans l’arène, rejoindre les « adultes » dans leur course sans issue, et partager leur folie.

Le regard de l’adulte qui, après avoir longtemps tourné en rond comme les autres sans savoir vraiment pourquoi, constate qu’il n’est pas plus avancé et comprend la vanité de sa course.


Le regard du vieillard qui, voyant les rangs s’éclaircir autour de lui, comprend qu’il n’a poursuivi qu’un rêve collectif, et n’a pas donné suite à ses rêves d’enfant…


Monde Cinglé

Autour de moi des visages bien communs
Des lieux battus, visages éteints
Pour leur course quotidienne, de bon matin
Menant à rien, menant à rien
De larmes leurs lorgnons sont presque pleins
N’exprimant rien, n’exprimant rien
Cache ma tête ; je veux noyer mon chagrin
Sans lendemain, sans lendemain

Refrain :
Je trouve un peu déconcertant
Et je trouve attristant
(Que) Les rêves dans lesquels je meurs
Soient de tous mes rêves les meilleurs
C’est dur de te le dire
C’est dur d’en convenir
Quand les gens tournent en rond, le monde est tout à fait
Cinglé, cinglé

Enfants attendant leur jour de bien être
Anniversaire, anniversaire
Pour se sentir ce qu’un enfant doit être
Assis, écoute, assis, écoute
A l’école je ne me sentais pas bien
On m’ignorait, on m’ignorait
Maîtresse, quelle est ma leçon pour demain
Regardez-moi, regardez-moi

(Refrain)

Cinglé, cinglé, cinglé

(Traduction - Adaptation : Polyphrène)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous avez la parole :