"You are always on my mind!"

dimanche 30 octobre 2011

In the Summertime







Avec cette chanson de Ray Dorsetson « leader » (photo), en 1970, le groupe Mungo Jerry connut quasi immédiatement un succès mondial, en illustrant la « liberté » nouvellement gagnée et exhibée (notamment par les tenues vestimentaires et les fantaisies capillaires) d’une jeunesse exubérante.
De ce « grand mouvement » dont les acteurs atteignent aujourd’hui l’âge de la retraite, on sait ce qu’il est resté, et ce qui n’a été que la répétition du cycle habituel de la vie que chante avec courage et humilité Georges Brassens dans « Le Boulevard du Temps qui Passe ».
A certains égards, tout au moins, les idées ont fait leur chemin, et l’évolution engagée alors s’est poursuivie au point que certains passages de cette chanson feraient aujourd’hui froncer les sourcils, par leur « machisme » évident (« You got women on your mind »), leur traitement différentiel des classes sociales (« If her daddy's rich, take her out for a meal »), ou leur inconséquence (« Have a drink, have a drive »).
Malgré tout, la bonne humeur du groupe est communicative, et cette chanson est bien venue à l’approche de l’hiver.


Au Cœur de l’Eté

Au cœur de l’été, quand le temps est parfait
Pour toucher le ciel, tu peux t’étirer
Quand le temps est beau
Ce sont des femmes, ce sont des femmes qu’il te faut
Prends un verre, pique une tête
Sors voir ce que tu trouves de beau

Si son père est riche, allez au restaurant
Si son père est pauvre, fais comme tu le sens
Fonce sur l’autoroute
Fais-en une tonne, ou même une tonne et quart
Au crépuscule, conclus coute que coute
Sur un chemin à l’écart

On n’ vous veut pas d’ mal ; on n’est pas sales, pas mauvais
On aime tout le monde, mais on fait ce qui nous plait
Quand le temps est clair
On va nager ou pêcher en mer
Toujours contents, oui
Vivre sa vie, c’est notre philosophie

Chantez avec nous : dee-dee-dee-dee-dee
Da-da-da-da-da, yeah, we're hap-happy
Da-da-da-da-dah....

Quand l’hiver arrive, on fait des soirées
Porte une bouteille
Mets des couleurs vives ; bientôt, c’est l’été
On rechantera
On circulera ou on s’installera
Est-elle riche et sympa ?
Amène tes copains ; en ville, on descendra

(Traduction – Adaptation : Polyphrène)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous avez la parole :