"You are always on my mind!"

samedi 24 janvier 2009

Give My Love To Rose


"I found him by the railroad track this morning
I could see that he was nearly dead
I knelt down beside him and I listened
Just to hear the words the dying fellow said
[...]
Give my love to Rose please won't you mister
Take her all my money, tell her to buy some pretty clothes
Tell my boy his daddy's so proud of him
And don't forget to give my love to Rose"
[...]




Voici à nouveau un petit Western en chanson, où Johnny Cash campe le décor d'une voie ferrée déserte, et d'un homme mourant, dont on ne sait que peu de choses : récemment sorti de prison, il voulait rejoindre sa femme Rose et son fils, né pendant sa captivité.

Pourquoi est-il là, mourant ?
Est-ce la maladie qui le terrasse ?
Est-ce la vengeance de ses anciennes victimes ou de ses anciens partenaires ?
Est-ce un accident ?

Respectons donc le mystère,
Il est nécessaire pour créer l'atmosphère !


Dites à ma Rose

C’était ce matin près du chemin de fer
J’ai vu qu’il allait bientôt mourir
J’ai écouté un genou à terre
Ces derniers mots qu’en mourant il a pu dire :

De la prison de Frisco ils m’ont laissé sortir,
Après dix ans payés à la justice,
Et vers la Louisiane j’essayais de revenir
Pour voir ma Rose et connaître mon fils.

Dites à ma Rose que je l’aime, Monsieur, je vous prie ;
Portez-lui mon argent, pour qu’elle s’habille comme une dame ;
Dites à mon fils que je suis fier de lui,
Et surtout dites à ma Rose que je l’aime.

Dites leur merci de m'être fidèles
Dites à mon fils qu’il soit un modèle,
Dites à ma Rose de chercher un nouvel
Époux qui sache bien s’occuper d’elle.

Prenez dans ce sac mon argent afin
Qu’ils puissent faire un bout de chemin ;
C’est Dieu qui vous a guidé ce matin,
Et surtout dites à ma Rose que je l’aime

Dites à ma Rose que je l’aime, Monsieur, je vous prie ;
Portez-lui mon argent, pour qu’elle s’habille comme une dame ;
Dites à mon fils que je suis fier de lui,
Et surtout dites à ma Rose que je l’aime.

(Traduction : Polyphrène)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous avez la parole :