"You are always on my mind!"

lundi 15 décembre 2008

Cadillac Tears


"Well, he wanted someone firmer
And he wanted someone younger
And he always had a thing for blondes
As it happened, his new secretary happened to be all that rolled into one
And the woman who had lived with him,
An angel who had given him
The last twenty two years
Is now cryin' big Cadillac tears"[...]





Après la "Veuve Joyeuse", voici la divorcée qui s'éclate ! Chantée par Kevin Denney, cette chanson de Wynn Varble et Leslie Satcher est un classique de Country - danse.

Elle évoque la revanche jubilatoire de la femme délaissée, qui vide le compte en banque de son mari parti pour une fille plus jeune et plus belle.
Après vingt ans de retenue et de sacrifices, elle roule désormais en Cadillac, symbole du luxe ostentatoire...


Cadillac - Larmes

Il voulait de la chair plus ferme,
Il voulait de la chair plus fraîche,
Il avait un faible pour les blondes
Comme par hasard, sa nouvelle secrétaire offrait tout cela et plus à la ronde,
Et la femme avec qui il vivait,
Un ange qui lui avait donné
Ses vingt dernières années
Pleure maintenant de grosses Cadillac - larmes

Les Cadillac – larmes ne font pas si mal,
Les Cadillac – larmes ne sont pas fatales.
Elle a perdu sa bague de mariage,
Mais tire de lui bien d’avantage.
Non, mama ne s’en tire pas mal.
Ah, elle pleure de grosses Cadillac – larmes.

Elle claque l’argent si vite que c’ n’est même pas comique.
Elle a dévalisé toutes les boutiques ;
Elle s’offre des genres de diamants,
Et tout le brillant, tout le clinquant,
Pour porter sur elle en sortant.

Et elle va chez son avocat
Qui lui a dit « J’ai des tracas,
Je reçois des tas de chèques en bois ».
Ah, elle pleure de grosses Cadillac – larmes.

Les Cadillac – larmes ne font pas si mal,
Les Cadillac – larmes ne sont pas fatales.
Elle a perdu sa bague de mariage,
Mais tire de lui bien d’avantage.
Non, mama ne s’en tire pas mal.
Ah, elle pleure de grosses Cadillac – larmes.

Vois comme elle descend l’avenue,
Ses sièges en cuir, jantes en alu.
Tous les ans, elle en change sans retenue.
Oh, elle pleure de grosses Cadillac – larmes,
De grosses Cadillac – larmes.

(Traduction : Polyphrène)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous avez la parole :