"You are always on my mind!"

mercredi 1 octobre 2008

"Cindy, Oh Cindy"



« Cindy, Oh Cindy
Pourquoi n’écris-tu pas ?
J’ai peur que tu m’oublies,
Je suis si loin de toi »



Je me suis réveillé ce matin avec cette chanson dans la tête. Comme chaque matin, depuis toujours, une mélodie, un refrain, sont là et marquent le ton de la journée qui commence. Parfois, c’est une chanson entendue la veille. Souvent, c’est un air enfoui dans ma mémoire, que je n’ai pas entendu ni fredonné depuis des années.
Ce matin, cette chanson nostalgique me revient du fond de mon enfance. J’avais à peine 7 ans quand nous l’écoutions en boucle sur le tourne-disque familial. Ce 45 tours (chanté par les
Compagnons de la Chanson, je présume) faisait partie des quelques rares disques que nous possédions, en dehors de recueils de chansons enfantines.
La mélodie nous envoûtait, et nous ne prêtions pas vraiment attention aux paroles. Pourtant, nous percevions distinctement les sentiments qu’elles exprimaient, en écho à notre propre désarroi : privés de père depuis des mois par cette guerre dont nous ignorions tout, et qui se passait si loin, de l’autre côté de la mer, en Algérie.


Aujourd’hui, la nostalgie vient s’ajouter à la mélancolie.

Voilà à peine une semaine qu’elle est partie. Elle sera de retour dans quelques jours, et nous nous téléphonons quotidiennement, mais je commence à ressentir le poids de l’absence.

La mélancolie, la douleur sourde, comme la vase au fond de l’étang, qui trouble l’eau dès que l’on s’y aventure.

La douleur de la solitude, telle que je l’ai connue, jadis, dans les années de doute de la post-adolescence – mais, à l’époque, je m’accrochais encore à une espérance imprécise. La douleur de la solitude que vit désormais ma mère, depuis le décès de mon père, alors que ses forces déclinent et que ses idées s’emmêlent.
La douleur de la solitude que j’entrevois, lorsque j’ose regarder devant moi, maintenant que c’est ma génération dont les rangs commencent à s’éclaircir.

Une chanson en appelle une autre :

« … Tous ceux enfin dont la vie,
Un jour ou l’autre ravie,
Emporte une part de nous ».
(Lamartine, chanté par Georges Brassens)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous avez la parole :