"You are always on my mind!"

vendredi 24 octobre 2008

Elle cherche des puces à son chat


"Elle cherche des puces à son chat
Qu'elle est belle quand elle fait ça
Quand ses doigts gagnent du terrain
Et qu'elle lui fait ployer les reins
Sur son poil tiède et lumineux
Sa main a des courants fiévreux
Soudain sa prunelle flamboie
Mais alors moi je sers à quoi..."



Changement de registre, ce matin : je me réveille avec ce refrain de Pierre Perret dans la tête !
Une chanson légère... en apparence.

Comme souvent, Pierre Perret, avec des mots simples mais choisis, même s'ils sont volontiers empruntés à l'argot, est capable d'exprimer les sentiments les plus délicats, de produire une profonde émotion, avec une incomparable force d'évocation.

Au premier degré, l'histoire du livreur de fleurs amoureux est banale, triste, et touchante. Au second degré, elle nous décrits tous, face à nos rêves et nos illusions. La fascination pour l'inaccessible est à la source des passions, pas seulement amoureuses.

La conscience de notre humble condition est une blessure que ravivent, trop souvent, les épisodes de la vie.

Bien sûr, notre peine est accentuée par le contraste entre ce sentiment de dévalorisation et l'idéalisation de nos rêves, mais c'est avec, parfois, un peu de complaisance que nous contemplons la souffrance qui en résulte.

Et pendant ce temps là, comme le chante Pierre Perret,

"La vie [nous] coule entre les doigts".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous avez la parole :