"You are always on my mind!"

mardi 28 octobre 2008

Lady Midnight


"I came by myself to a very crowded place;
I was looking for someone who had lines in her face.

I found her there but she was past all concern;
I asked her to hold me, I said, "Lady, unfold me,"
But she scorned me and she told me

I was dead and I could never return. "[...]


Pour Léonard Cohen, hermétique rime avec poétique comme onirique rime avec ésotérique, mais il est inégalable pour créer une atmosphère étrange et captivante. "Lady Midnight" en est l'illustration parfaite, avec une mélodie insistante dont on ne peut se défaire.

La traduction d'un texte hermétique comme celui-ci est un exercice périlleux, où il faut choisir un chemin qui n'est peut-être pas celui qu'a suivi l'auteur. Traduire sans trahir est difficile, mais n'est un risque à courir !


Lady Minuit

Je vins par moi-même sur une place surpeuplée

Je cherchais le visage d’une femme à contempler
Je l’ai trouvée mais elle était hors de portée

J’ai dit « Tends-moi la main, Lady, viens me libérer"
Mais elle me dit avec dédain
"Sans retour, tu es à jamais défunt. "
J’ai nié, toute la nuit, comme tant d’autres avant moi
Disant « Quoi que tu m’offres, il m’en faudra plus encore, je crois »

Puis je m’agenouillais à l’endroit qu’elle pointait
« Ne feints pas de me repousser, ni de m’exploiter,
Gagne moi, ou perd moi.
C’est pour ça qu’est faite l’obscurité
"
J’ai crié « Oh, Lady Minuit, j’ai peur que tu vieillisse,
Les étoiles te dévorent, et le vent te refroidisse »
« Si nous pleurons », dit-elle, « ce ne sera qu’en vain ».

Et j’ai marché jusqu’au matin, au doux petit matin,

Je l’entendais qui m’appelait :

« Tu m’a gagnée, tu m’as gagnée, seigneur »

« Tu m’a gagnée, tu m’as gagnée, seigneur »

« Oui, Tu m’a gagnée, tu m’as gagnée, seigneur »

« Oh, Tu m’a gagnée, tu m’as gagnée, seigneur »

« Oh, Tu m’a gagnée, tu m’as gagnée, seigneur »


(Traduction: Polyphrène)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous avez la parole :