"You are always on my mind!"

dimanche 16 novembre 2008

Flesh and Blood


"Beside a Singin' Mountain Stream
Where the Willow grew
Where the Silver Leaf of Maple
Sparkled in the Mornin' Dew
I braided Twigs of Willows
Made a String of Buckeye Beads;
But Flesh And Blood need Flesh And Blood
And you're the one I need
Flesh And Blood need Flesh And Blood
And you're the one I need."[...]




Un jeu de contrastes caractéristique de Johnny Cash, confrontant une promenade bucolique aux exigences de la passion et de la chair : cette chanson résume parfaitement l'un des principaux dilemmes de la vie. Si l'on peut vivre "d'amour et d'eau fraîche", et si l'amour lui-même peut se nourrir de poésie, il reste difficile d'échapper à la tyrannie de la chair, et feindre de l'ignorer est à la source de bien des erreurs et des drames.
L'amour platonique est-il un mythe ou une perversion ?

Chair et Sang

Au bord d’un ruisseau chantonnant
Sous un saule pleurant
Où brillaient des feuilles d’érable
Dans la rosée matinale
J’ai fait de saule un panier
Et de pavier un collier
Mais sang et chair veulent sang et chair
Et tu es celle que j’attends
Sang et chair veulent sang et chair
Et tu es celle que j’attends

Au tronc d’un bouleau adossé
J’ai humé des senteurs de miel
J’ai vu un vol d’oies s’avancer
Vers le nord au plus bleu des ciels
A côté des lys d’eau
J’ai fait un sifflet de roseau
Mère Nature est une grande dame
Mais tu es celle que j’attends
Sang et chair veulent sang et chair
Et tu es celle que j’attends

Un passereau m’offrit son chant
Je lui dis merci pour l’aubade
Lesoleil descendit au couchant
Je repris ma promenade
Et tous ces petits riens
Furent pour mon âme un festin
Mais sang et chair veulent sang et chair
Et tu es celle que j’attends
Sang et chair veulent sang et chair
Et tu es celle que j’attends

Quant le soleil s’est couché
Je restais encore frustré
Sachant que tout ce que je touchais
Un jour dépérirait
Et seul l’amour qui germerait
De ces graines resterait

Mère Nature est une grande dame
Mais tu es celle que j’attends
Sang et chair veulent sang et chair
Et tu es celle que j’attends

(Traduction : Polyphrène)

2 commentaires:

  1. Bonjour
    Belle traduction et vraiment proche du sens - me semble - t - il. Par contre, je suis perplexe devant le commentaire : il me semple que l'idée de l'amour platonique est totalement absent de l'original, il suppose que le rapport à la nature est une métaphore... mais que dit le texte : il célèbre la plénitude de l'être à travers les sens - que procure le contact avec la nature. Mais à cette fête des sens, il manque quelque chose : flesh and blood, flesh and blood...La fusion charnelle qui,(en plus)arrache la sensation à son essence éphémère. En somme, si on lit sans interpréter, il n'y a pas opposition mais complémentarité.
    Belle chanson en tout cas.

    RépondreSupprimer
  2. Suite (je ne réfléchis jamais assez avant de poster).
    Je ne perçois aucune évocation de la "tyrannie de la chair" dans le texte original, j'ai plutôt l'impression d'une exultation panthéiste...
    Frenchcoyote

    RépondreSupprimer

Vous avez la parole :