"You are always on my mind!"

mardi 11 novembre 2008

Scarborough Fair


"Are you going to Scarborough fair
Parsley, sage, rosemary and thyme
Remember me to one who lives there
She once was a true love of mine

On the side of a hill in the deep forest green
Tracing of sparrow on snow-crested brown
Blankets and bedclothes the child of the mountain
Sleeps unaware of the clarion call

Tell her to make me a cambric shirt
Parsley, sage, rosemary and thyme
Withour no seams nor needle work
Then she'll be a true love of mine

On the side of a hill a sprinking of leaves
Washes the grave with silvery tears
A soldier cleans and polishes a gun
Sleeps unaware of the clarion call

Tell her to find me an acre of land
Parsley, sage, rosemary, and thyme
Between the salt water and the sea strand.
Then she'll be a true love of mine

War bellows blazing in scarlet battalions
Generals order their soldiers to kill
And to fight for a cause they've long ago forgotten

Tell her to reap it with a sickle of leather
Parsley, sage, rosemary and thyme
And gather it all in a bunch of heather
Then she'll be a true love of mine"




Bien que de nombreux chanteurs, et non des moindres, aient repris cette chanson, la référence est pour moi la version de Paul Simon et Art Garfunkel, d'une qualité et d'une pureté quasi célestes. Comme souvent, je me suis laissé longtemps berçer par la mélodie, avant de découvrir vraiment les paroles (que mon oreille inexercée ne me permet souvent pas de décoder).
La traduction est pour moi l'occasion de les apprécier pleinement, et de tenter d'en transcrire l'atmosphère et restituer le sens profond.


La foire de Scarborough

Iras-tu à la foire de Scarborough ?
Persil, sauge, romarin et thym
Salue pour moi celle qui habite ce faubourg
Autrefois mon cœur fut le sien

Au fond de la forêt, au creux du vallon
Sur la neige, les traces des oisillons
L’enfant de la montagne sous ses édredons
Dors, sourd à l’appel du clairon

Dis-lui de me faire une chemise en lin
Persil, sauge, romarin et thym
Sans coupe ni couture de de sa main
Alors mon cœur sera le sien

Au flanc de la colline, un berceau de feuilles
Borde la tombe des larmes du deuil
Un vieux soldat fait briller un canon
Dors, sourd à l’appel du canon

Dis-lui qu’elle me trouve un arpent de terre
Persil, sauge, romarin et thym
Entre le sable et le sel de la mer
Alors mon cœur sera le sien

Dans le hurlement des bataillons sanglants
Les généraux crient l’ordre de tuer
Au nom d’une cause depuis longtemps oubliée

Dis-lui de prendre sa faucille en fer
Persil, sauge, romarin et thym
Et de moissonner un bouquet de bruyère
Alors mon cœur sera le sien

(Traduction : Polyphrène)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous avez la parole :