"You are always on my mind!"

mardi 25 novembre 2008

I Won't Back Down


"Well I won't back down,
No I won't back down
You can stand me up at the gates of hell
But I won't back down
[...]
[Hey baby, there ain't no easy way out
Hey I will stand my ground
And I won't back down."[...]





Cette chanson de Tom Petty a été aussi chantée de façon remarquablement efficace par Johnny Cash, dont la voix grave et rauque exprime parfaitement le tempérament buté de celui qui fait face à la terre entière, liguée contre lui.
Le rythme très heurté de cette chanson "colle" particulièrement bien au texte. Le contexte n'étant pas explicitement décrit, chacun peut adapter cette chanson à son humeur et aux circonstances...

Par exemple, ce peut être le discours adressé par le malade à sa maladie.

Je l'ai souvent entendue s'adresser ainsi au "crabe" qui la ronge. Sa résilience inouïe étonne tous ceux qui la connaissent. Je sais que le doute l'assaille; je connais la cause (principale) de ses insomnies, puisqu'elle contribue aussi aux miennes; je sais aussi comment elle s'attache aux petits signes positifs pour construire sa résistance et sa contre-attaque.
A plusieurs reprises, j'ai cru voir arriver la fin, mais l'ennemi a été, encore une fois, repoussé.

Nous avons appris ainsi, tous deux, à vivre dans le présent, car "on ne vit qu'une fois", et ce sont les petites batailles du quotidien qui déterminent l'issue du conflit.


Je ne cèderai pas

Je ne cèderai pas,
Non, je n’cèderai pas.
Même face à l’enfer,
Je n’te laisserai pas faire,
Et je n’cèderai pas.

Oui je ne lacherai pas
N’me laisserai pas faire
On ne pourra pas me jeter à terre
Je ne lacherai pas
Et je n’cèderai pas.

Hé, poupée, il n’y a pas d’issue facile.
Hé, je ne lacherai pas,
Et je ne cèderai pas.

Je connais mes droits ;
On ne vit qu’une fois.
Si la terre entière s’en prenait à moi,
Je ne lacherai pas,
Et je n’cèderai pas.

Hé, poupée, il n’y a pas d’issue facile.
Hé, je ne lacherai pas,
Et je n’ cèderai pas.
Non, je n’cèderai pas !

(Traduction : Polyphrène)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous avez la parole :